NOUVELLES

Syrie: Damas a informé Annan d'un retrait de ses troupes de trois villes

05/04/2012 09:30 EDT | Actualisé 05/06/2012 05:12 EDT

Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan a annoncé jeudi que Damas l'avait informé d'un "retrait partiel" de ses troupes de trois villes rebelles mais a souligné que le conflit faisait toujours un nombre "alarmant de victimes".

"Le gouvernement m'a informé d'un retrait partiel de trois localités: Idleb, Zabadani et Deraa", a déclaré M. Annan devant l'Assemblée générale de l'ONU, précisant que ce retrait n'était pas confirmé. Idleb est au nord-ouest de la Syrie, Deraa au sud et Zabadani est proche de la capitale Damas.

"J'attends des informations plus complètes", a-t-il souligné.

Il a affirmé que le régime syrien devait "agir davantage et de manière urgente" pour tenir ses promesses de désengagement militaire (retrait de troupes des villes et renoncement à utiliser des armes lourdes dans ces villes) avant la date limite du 10 avril que Damas a acceptée.

"Il faut des mesures immédiates et vérifiables pour compléter l'application de ces engagements dans les jours qui viennent", a-t-il affirmé.

Si Damas tient parole, M. Annan a souhaité que toutes les hostilités, de la part du pouvoir et de l'opposition, cessent "le jeudi 12 avril à 6H00 du matin heure de Damas" et que les combattants reçoivent des ordres clairs de déposer les armes.

"Je demande instamment au gouvernement et aux dirigeants militaires de l'opposition de donner des instructions claires pour que le message parvienne à chaque combattant et soldat sur le terrain dans tout le pays", a-t-il déclaré.

Du côté de l'opposition, M. Annan a affirmé déceler une volonté de cesser les hostilités dès que les forces gouvernementales auront mis fin à leurs opérations. "Tous nos interlocuteurs ont promis d'appeler à la fin des violences une fois que le gouvernement syrien aura rempli de manière manifeste ses engagements concernant les armes lourdes et les retraits de troupes", a-t-il souligné.

Mais pour l'instant, a constaté M. Annan, "un nombre alarmant de victimes et d'abus continuent d'être signalés tous les jours et les opérations militaires contre la population civile n'ont pas cessé".

"J'ai demandé de manière urgente au gouvernement (syrien) de respecter complètement ses engagements", a-t-il dit. "Nous devons réduire au silence les tanks, les hélicoptères, les mortiers, les canons et faire cesser toutes formes de violence: abus sexuels, tortures, rapts, destructions de maisons, déplacements forcés et autres exactions y compris sur des enfants".

avz/gde

PLUS:afp