Mulcair ne votera pas aux présidentielles françaises même s'il a la citoyenneté

Publication: Mis à jour:
THOMAS MULCAIR
Nicolas Sarkozy pas plus que François Hollande ne pourront compter sur le vote du nouveau chef de l'opposition aux Communes, Thomas Mulcair.. (CP) | CP

OTTAWA - Nicolas Sarkozy pas plus que François Hollande ne pourront compter sur le vote du nouveau chef de l'opposition aux Communes, Thomas Mulcair.

Le leader néo-démocrate — qui détient la double citoyenneté française et canadienne — a confié jeudi qu'il n'exercera pas son droit de vote au moment de l'élection présidentielle française, dont le premier tour se tiendra le 22 avril.

M. Mulcair a demandé sa citoyenneté il y a 20 ans, après avoir été séparé de sa femme Catherine, Française d'origine, et de leurs deux enfants, aux douanes d'un aéroport espagnol.

Interrogé sur la possibilité qu'il vote aux prochaines présidentielles françaises, le chef néo-démocrate a répondu un «non» catégorique, sans toutefois donner plus de précisions sur sa décision.

En 2008, sa femme Catherine s'était portée candidate pour l'assemblée représentative des Français établis hors de France sous la bannière de l'UMP. Il s'agit du parti du président sortant Nicolas Sarkozy, considéré en France comme étant de droite. À ce moment, son mari était déjà député d'Outremont pour le Nouveau Parti démocratique (NPD), à gauche de l'échiquier politique canadien.

Les conservateurs ont attaqué Thomas Mulcair sur sa double citoyenneté alors que ce dernier était encore simple candidat à la succession de Jack Layton.

«Pour être bien clair, ce genre d'affaires est déjà survenue par le passé, et il en revient certainement à M. Mulcair d'exercer son jugement en la matière», avait lancé M. Harper à la mi-janvier.

«Dans mon cas, je le dis, je suis très clair. Je suis canadien et seulement canadien», avait tranché le premier ministre

M. Mulcair avait alors répliqué en accusant M. Harper de faire preuve de dédain envers l'ensemble des Canadiens qui détiennent une double citoyenneté.

«Nous célébrons notre diversité, nous avons un ministre responsable du multiculturalisme. Mais lorsque vous lui laissez l'ombre d'une ouverture, le vrai Stephen Harper apparaît en suggérant "Je suis plus canadien que vous parce que ma famille n'a pas de racines dans divers pays"», avait déploré M. Mulcair en entrevue à La Presse Canadienne.

L'ancien chef libéral Stéphane Dion avait lui aussi dû défendre sa double nationalité après avoir été la cible d'attaques conservatrices sur le sujet. Il avait notamment fait valoir que l'ancien premier ministre canadien John Turner avait également la citoyenneté britannique. L'ex-gouverneure générale Michaëlle Jean avait par ailleurs délaissé sa citoyenneté française avant d'entrer en poste à Rideau Hall.

La question du vote des Français en sol canadien agace particulièrement Stephen Harper. Le gouvernement conservateur s'oppose à ce que la France intègre le Canada à l'une des circonscriptions électorales extraterritoriales lors des législatives de juin.