Huffpost Canada Quebec qc

Les étudiants en grève refusent d'abandonner et manifestent toujours

Publication: Mis à jour:
MANIFESTATION ETUDIANTS
- Les étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité refusent d'abandonner et manifestent à plusieurs endroits. (Photo PC) | PC

MONTRÉAL - Les artistes Malajube, Doba, Boni Suba et Orange Orange ont été appelés en renfort, jeudi, pour galvaniser les troupes étudiantes. Le spectacle contre la hausse des droits de scolarité au centre-ville de Montréal n'a pas donné lieu à des débordements.

Par contre, quelques personnes ont été interpellées, identifiées et relâchées en soirée lors d'une manifestation étudiante spontanée, a confirmé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Des graffitis ont été dessinés sur les murs du Centre de commerce mondial au 747, rue du Square Victoria.

Le spectacle organisé par des regroupements d'associations étudiantes et réunissant plusieurs artistes et politiciens s'est déroulé dans le calme à la Place du Canada située face au boulevard René-Lévesque, entre les rues Peel et de la Cathédrale.

Selon le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, environ 600 à 700 étudiants ont assisté au spectacle. La chef du Parti québécois, Pauline Marois a réitéré son appui aux étudiants.

L'événement qui s'est terminé vers 20 h 40 a été ponctué de discours d'appui aux étudiants.

Le spectacle était organisé par la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM), l'Association des étudiantes et étudiants de la faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM ainsi que les associations étudiantes membres de la FECQ et de la FEUQ.

La secrétaire générale de la FAÉCUM, Stéfanie Tougas, y voyait une façon positive et créative d'encourager les grévistes à poursuivre leur combat en investissant la rue sans pour autant perturber l'ordre public.

«Souvent, on se fait reprocher de seulement faire des perturbations, des manifestations. Là, on organise un événement culturel, on mêle les artistes et le politique à ça et on ouvre ça à l'ensemble de la population», a-t-elle exposé.

En début de journée, les étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité avaient manifesté à plusieurs endroits pour une 52e journée.

À l'initiative de la CLASSE, un groupe de manifestants a déambulé dans les rues de la métropole, en matinée.

Étroitement surveillés et suivis par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM), les manifestants ont notamment bloqué temporairement l'accès au centre de distribution de la Société des alcools du Québec (SAQ), près de l'angle des rues de Boucherville et des Futailles, dans l'est de Montréal.

Jusqu'en fin d'avant-midi, cette action a gêné plusieurs camionneurs qui tentaient de se rendre au port de Montréal en empruntant la rue des Futailles.

Sur le web

Grève étudiante : 52 jours plus tard... le statu quo

Les étudiants québécois en grève iront "jusqu'au...

Vers une judiciarisation de la grève étudiante?

Retour en classe : la date butoir approche pour les étudiants ...

Les étudiants maintiennent la pression à Québec

Droits de scolarité : les étudiants multiplient leurs actions

Des étudiantes de l'UQTR expulsées de l'Assemblée nationale

Grève étudiante : la contestation continue

Grève étudiante: 76 arrestations à Montréal