NOUVELLES

Israël: une roquette tirée du Sinaï touche Eilat, pas de victime (police)

05/04/2012 04:10 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

Une roquette tirée à partir du Sinaï égyptien a explosé dans la nuit de mercredi à jeudi dans la station balnéaire d'Eilat (sud d'Israël), sans faire de victime, a-t-on annoncé de sources policières.

"Cette roquette de type Grad tirée à partir de l'Egypte a explosé dans la ville, mais n'a fait ni victime ni dégât", a affirmé à la radio militaire le chef de la police d'Eilat, Ron Getner. Selon lui, l'engin a explosé à plusieurs centaines de mètres d'habitations dans un site en cours de construction.

"Des habitants d'Eilat ont fait état de trois explosions durant la nuit, mais pour le moment nous n'avons retrouvé qu'une seule roquette", a ajouté à l'AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

"Nous constatons depuis longtemps que la moitié de la péninsule du Sinaï est devenue une base de lancement de roquettes contre Israël", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont les propos étaient retransmis par la radio.

"Nous frapperons ceux qui nous frappent ainsi que ceux qui les envoient", a-t-il assuré.

Ce tir de roquette du Sinaï est le premier depuis la chute du président égyptien Hosni Moubarak en février 2011, a ajouté la radio militaire.

Le chef de la sécurité de la province du Sud-Sinaï, Mahmoud al-Hefnawy, a assuré à l'AFP qu'aucune attaque n'avait eu lieu à partir de l'Egypte, ajoutant que "la situation était complètement sûre".

Des responsables des services de sécurité locaux ont néanmoins affirmé sous le couvert de l'anonymat enquêter sur cette affaire et ratisser la zone frontalière.

L'explosion s'est produite alors que de très nombreux Israéliens et touristes se trouvent à Eilat, une station balnéaire sur la mer Rouge, pour la célébration de Pessah, la Pâque juive à partir de vendredi soir.

Le maire d'Eilat, Meïr Yitzhak Halevy, a indiqué à la radio publique qu'il était "en cours de discussion" avec les autorités pour le déploiement d'une batterie du système antimissile Iron Dome (Dôme de fer).

M. Getner a précisé que la police était en "état d'alerte maximale".

Le chef d'état-major, le général Benny Gantz, devait consulter des responsables militaires de la région pour "évaluer la situation" à la frontière, selon la radio.

En août 2011, des assaillants appartenant selon Israël à un groupe radical palestinien qui s'étaient infiltrés à partir du Sinaï avaient tué huit Israéliens, dont un policier et un militaire, au nord d'Eilat. Les prenant en chasse, les forces israéliennes en avaient tué sept, ainsi que six policiers égyptiens dans des échanges de tirs, déclenchant une crise avec l'Egypte.

Un an auparavant, Eilat avait essuyé des tirs de roquettes qui n'avaient pas fait de victime côté israélien, mais avaient tué une personne à Aqaba, le port jordanien voisin, où une roquette Grad était tombée en pleine ville.

Le 22 avril 2010, deux roquettes étaient tombées sans faire de blessé près d'Eilat.

Ces attaques n'avaient pas été revendiquées. Selon un haut responsable des services de sécurité cité par le site du quotidien Haaretz, "plusieurs groupes terroristes agissent librement dans le Sinaï".

Israël construit actuellement une "barrière de sécurité" qui doit s'étirer sur les 240 kilomètres de cette frontière face au désert du Sinaï.

jlr-se/sst/agr/feb

PLUS:afp