NOUVELLES

Irak: le vice-président Hachémi accuse Maliki de viser les sunnites

05/04/2012 03:24 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

Le vice-président irakien Tarek al-Hachémi a accusé le Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite, de systématiquement viser les sunnites en Irak et de soutenir le régime syrien pour des raisons confessionnelles.

Dans une interview accordée tard mercredi à la chaîne Al-Jazeera du Qatar, M. Hachémi, un sunnite recherché par la justice de son pays, a assuré que son conflit avec M. Maliki revêtait "un caractère confessionnel".

"Je suis la cinquième personnalité sunnite à être visée" par M. Maliki, a-t-il dit, ajoutant que "90% des détenus en Irak sont des Arabes sunnites".

M. Hachémi se trouve depuis mercredi en Arabie saoudite, dans le cadre d'une tournée qui l'a déjà mené au Qatar, où il était arrivé dimanche en provenance de la région autonome du Kurdistan irakien.

Il réside dans cette région du nord de l'Irak depuis l'annonce par Bagdad de l'émission d'un mandat d'arrêt à son encontre, le 19 décembre.

M. Hachémi a violemment critiqué M. Maliki, dénonçant une "corruption généralisée dans le pays", et estimant que "l'unité de l'Irak est en danger" en raison de la politique du Premier ministre.

Il a affirmé que le Premier ministre soutenait le régime syrien, "qu'il accusait par le passé de soutenir le terrorisme", pour "des raisons confessionnelles", la Syrie étant gouvernée par la minorité alaouite, considérée comme une branche du chiisme.

M. Hachémi a ajouté que "des milices irakiennes combattent aux côtés du régime syrien", mais sans apporter de précisions.

Le vice-président a également fait état "d'informations non confirmées selon lesquelles l'espace aérien irakien serait utilisé pour apporter une aide au régime syrien" de la part de l'Iran.

M. Hachémi a catégoriquement démenti les accusations à son encontre, soulignant que les aveux télévisés de ses gardes du corps qui ont affirmé avoir commis et planifié des attentats étaient montés de toutes pièces.

Le vice-Premier ministre Hussein Chahristani a demandé lundi au Qatar de "renvoyer en Irak" M. Hachémi, mais le vice-président a assuré qu'il comptait revenir au Kurdistan pour "poursuivre l'exercice de mes fonctions".

bur-at/feb

PLUS:afp