NOUVELLES

Arabie: le vice-président irakien Hachémi assure qu'il va rentrer au pays

05/04/2012 07:29 EDT | Actualisé 05/06/2012 05:12 EDT

Le vice-président irakien Tarek al-Hachémi va rentrer en Irak à l'issue d'une tournée arabe, a assuré jeudi son bureau, démentant l'annonce par un responsable saoudien qu'il allait s'installer provisoirement dans le royaume.

M. Hachémi "va quitter l'Arabie saoudite samedi pour poursuivre sa tournée dans la région", a affirmé à l'AFP Medhat Abou Abdallah, directeur du bureau de presse de M. Hachémi.

"Nous démentons les informations" selon lesquelles il va s'installer en Arabie saoudite, a-t-il ajouté.

Selon un communiqué mis en ligne sur le site internet de M. Hachémi, ce dernier est déterminé "à revenir au pays à l'issue de sa tournée arabe".

Un responsable saoudien ayant requis l'anonymat avait auparavant déclaré à l'AFP que M. Hachémi, en conflit avec le Premier ministre Nouri al-Maliki et sous le coup d'un mandat d'arrêt, allait rester "pour le moment" en Arabie saoudite.

"M. Hachémi va demeurer pour le moment en Arabie saoudite", a déclaré le responsable, n'écartant pas la possibilité que le vice-président sunnite reste dans le royaume "jusqu'au départ par la voie démocratique" du Premier ministre chiite.

Les tensions sont vives entre le bloc Iraqia, auquel appartient M. Hachémi, et les Kurdes d'une part, et M. Maliki de l'autre, au sujet notamment de la répartition des richesses pétrolières, et cette crise pourrait provoquer la chute du gouvernement.

M. Maliki se trouve depuis mercredi en Arabie saoudite, où il a rencontré le ministre des Affaires étrangères Saoud al-Fayçal. Il était arrivé dimanche au Qatar en provenance de la région autonome du Kurdistan irakien, où il s'est réfugié depuis le 19 décembre et l'annonce qu'un mandat d'arrêt avait été émis contre lui.

Dans une interview accordée à la chaîne qatarie al-Jazeera, M. Hachémi a accusé M. Maliki de viser systématiquement les sunnites en Irak et de soutenir le régime syrien pour des raisons confessionnelles.

L'arrivée de M. Hachémi au Qatar avait avivé les tensions entre le Premier ministre irakien d'une part et l'Arabie et le Qatar, deux monarchies sunnites, de l'autre. Le vice-Premier ministre irakien Hussein Chahristani avait demandé lundi au Qatar de "renvoyer en Irak" M. Hachémi.

fb-at/fc

PLUS:afp