NOUVELLES

Soudan: tirs de gaz lacrymogène contre des manifestants du Darfour (témoins)

04/04/2012 01:19 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

La police anti-émeutes a fait usage mercredi à Khartoum de gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation d'étudiants du Darfour protestant contre la mort d'un de leurs camarades et a battu certains participants, ont indiqué des témoins.

Les manifestants ont escorté le corps d'Abdelhakim Eissa depuis un hôpital du district d'Omdurman, accusant les autorités d'être responsables de sa mort.

"Béchir est un assassin", criaient-ils en référence au président soudanais Omar el-Béchir, selon les témoins.

M. Béchir est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide au Darfour, vaste région de l'ouest du pays.

"La révolution est le choix du peuple", ont-ils également scandé avant que la police anti-émeutes n'intervienne.

Une foule encore plus importante d'environ 1.000 personnes s'est rassemblée un peu plus tard pour l'enterrement du jeune homme à environ 50 kilomètres à l'ouest de Khartoum, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Ils ont crié leur soutien aux chefs rebelles du Darfour et drapé le cercueil d'Abdelhakim Eissa du drapeau du Front révolutionnaire soudanais, une alliance de groupes insurgés.

Un important contingent de policiers anti-émeutes était mobilisé pour les funérailles mais ils ne sont pas intervenus.

Le Darfour est en proie depuis 2003 à une guerre civile entre rebelles et forces gouvernementales, qui a fait au moins 300.000 morts et 1,8 million de déplacés, selon une estimation des Nations unies. Khartoum évoque de son côté le chiffre de 10.000 morts.

str-it/cco/hj

PLUS:afp