NOUVELLES

Sierra Leone: le gouvernement défend son achat d'armes

04/04/2012 02:38 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

Le gouvernement sierraléonais a affirmé mercredi que l'achat d'armes destinées à une unité de la police, d'un montant de plusieurs millions de dollars, était une commande programmée depuis 2009, en réponse à des demandes d'explications de l'ONU.

Les armes importées en janvier "faisaient partie d'une commande programmée pour la police et non pour répondre à une menace contre la paix et la sécurité", selon un communiqué du bureau du président Ernest Koroma.

Ces "armes d'assaut" ont été commandées en 2009 et sont destinées à une unité paramilitaire dont l'effectif a été récemment augmenté, la Division des services opérationnels (Operational Services Division).

Le gouvernement a affirmé que les armes avaient été distribuées aux militaires "en présence de diplomates étrangers" et qu'elles seraient "utilisées pour aider les opérations de l'Union africaine et de l'ONU".

Le 22 mars, le représentant spécial de l'ONU en Sierra Leone Michael von der Schulenburg avait souligné que cette livraison d'armes effectuée en janvier soulevait "de grandes inquiétudes".

"La Sierra Leone n'est soumise à aucun embargo sur les armes mais étant donné les progrès réalisés sur la voie de la paix et de la sécurité dans tout le pays et le taux relativement faible de criminalité, on se demande pourquoi la police aurait besoin de telles armes", avait-il souligné.

Il signalait que cette livraison incluait des "mitrailleuses et des lance-grenades".

La guerre civile en Sierra Leone, de 1991 à 2002, a été l'une des plus sanglantes d'Afrique, faisant plusieurs dizaines de milliers morts et de blessés.

L'élection présidentielle du 17 novembre sera "un défi majeur pour la démocratie naissante" en Sierra Leone, a estimé le responsable de l'ONU.

rmj/fb/aub/sd

PLUS:afp