NOUVELLES

RSF dénonce la fermeture "arbitraire" d'un réseau palestinien de médias

04/04/2012 11:31 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé mercredi la "fermeture arbitraire et illégale" par les autorités israéliennes d'un réseau de médias palestiniens radiotélévisé et sur internet appartenant à l'Université Al-Quds, à Jérusalem-Est.

"Par leur intrusion illégale dans les locaux de médias situés dans des territoires palestiniens illégalement occupés et annexés, les forces de sécurité israéliennes ont violé en toute impunité le droit international. Une nouvelle fois", a déploré l'ONG dans un communiqué.

La police israélienne a fermé lundi, le jour de son lancement, un réseau multimédia en ligne centré sur Jérusalem, appelé "Houna Al-Quds" (Ici Jérusalem, en arabe) et rattaché à l'Université Al-Quds, dans la Vieille ville de Jérusalem.

"Ils usent de tous les moyens pour empêcher l'existence d'une presse palestinienne libre et indépendante dans les Territoires palestiniens occupés et notamment à Jérusalem-Est", a déclaré RSF, qui a demandé la réouverture du réseau.

La police israélienne a affirmé avoir agi "sur ordre du ministre de la Sécurité intérieure contre un projet de lancer un réseau sous les auspices de l'Autorité palestinienne, ce qui contrevient à la loi israélienne", interdisant toute activité officielle palestinienne à Jérusalem.

Dans un communiqué, l'Université Al-Quds avait rappelé être une "institution indépendante, ni gérée ni gouvernée par l'Autorité palestinienne", reconnue depuis 1996 par Israël comme une ONG.

L'armée israélienne avait fermé le 29 février à Ramallah (Cisjordanie) deux télévisions locales, dont la chaîne éducative Quds, à la demande du ministère israélien des Communications, affirmant qu'elles opéraient illégalement, ce que les responsables palestiniens avaient catégoriquement démenti.

Israël a proclamé l'ensemble de Jérusalem sa capitale "éternelle et indivisible", alors que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est, dont l'annexion n'est pas reconnue par la communauté internationale, la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

agr/cco

PLUS:afp