NOUVELLES

L'avenir est plus qu'incertain pour les travailleurs de la mine Lac d'amiante

04/04/2012 07:15 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

THETFORD MINES, Qc - Après plusieurs décennies, l'ère de l'amiante pourrait bientôt être terminée dans la région de Thetford Mines.

Le président et chef de la direction de la mine Lac-d’Amiante de Saint-Joseph-de-Coleraine, Simon Dupéré, a indiqué mercredi, par voie de communiqué, qu'il évaluera les différentes options visant à maximiser la valeur du site, incluant le démantèlement des actifs de la compagnie.

Cette décision est prise à la suite du rejet de sa proposition de convention collective par les travailleurs affiliés au syndicat des Métallos.

Selon Simon Dupéré, la conjoncture difficile dans l'industrie mondiale du chrysotile limite les capacités financières de l'entreprise.

Il s'est dit profondément déçu que son offre ait été rejetée par une aussi forte marge, soit à 72 pour cent.

De son côté, le président intérimaire du syndicat local des Métallos, Luc Lachance, a indiqué que ses membres ont fait suffisamment de concessions au fil des ans pour maintenir cette usine en vie.

Mardi, 59 travailleurs s'étaient prononcés en faveur de l'offre de l'employeur, alors que 157 employés avaient voté contre l'offre, qui prévoyait notamment des baisses de salaire et une réduction des vacances.

M. Lachance estimait que la tentative de relance de l'employeur manquait de crédibilité, puisqu'elle demandait trop de concessions aux syndiqués.

PLUS:pc