NOUVELLES

Bonis à la Banque Nationale: des critiques mais un vote de confiance favorable

04/04/2012 11:11 EDT | Actualisé 04/06/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le chef de la direction de la Banque Nationale a dit trouver un certain réconfort dans un vote de confiance des actionnaires sur son leadership, tenu mercredi, en dépit des critiques d'un groupe de militants qualifiant sa rémunération d'«exorbitante».

Depuis que la banque a accordé à ses actionnaires, il y a quelques années, un droit de parole sur la rétribution des hauts dirigeants, ceux-ci ont voté massivement en faveur du plan du conseil d'administration au sujet des salaires et primes.

Lors de l'assemblée annuelle de mercredi, le vote de confiance sur le leadership a dépassé les 95 pour cent. Les actionnaires ont aussi accepté d'ajouter des millions d'options d'achat d'actions aux mesures incitatives destinées aux hauts dirigeants.

Louis Vachon a souligné lors d'un entretien que la banque avait bien performé au cours de la dernière année, générant des profits records et étant la première banque canadienne à augmenter son dividende tout en ajoutant des milliers de clients et employés.

«Nous savons qu'il y a des défis, mais je crois que cette organisation va de l'avant et il revient aux actionnaires et au conseil de décider de la valeur que j'apporte», a exprimé M. Vachon en entrevue.

Avant le début de l'assemblée dans un hôtel du centre-ville, des étudiants en grève ont manifesté en renversant des tables dans une salle à proximité.

Une partie des actionnaires réunis dans le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) ont passé la majeure partie de l'assemblée de trois heures à critiquer les primes versées aux dirigeants de la Nationale, incluant les 8,4 millions $ versés en salaire et en primes à son chef de la direction l'année dernière.

L'ancien politicien Yves Michaud, membre du MÉDAC, a dénoncé ces paiements et le système de comparaison avec les pairs utilisé par la banque pour justifier ce montant.

Qualifiant ces importants paiements de «scandaleux», il a appelé le conseil à cesser l'«orgie» de dépenses qui pèse lourd sur les dos des actionnaires.

«La rémunération des hauts dirigeants est devenue un cancer du capitalisme moderne», a soutenu M. Michaud.

Alors que le monde se remet d'une crise financière globale, il est impensable de perpétuer ce genre de rétributions, a-t-il fait valoir.

En dépit de ses critiques, M. Michaud a affirmé que la sixième banque en importance au pays était plus modeste sur ce plan que les autres grandes institutions bancaires du Canada, qui offrent des salaires et des primes encore plus imposants à leurs hauts dirigeants.

La compensation totale de M. Vachon l'an dernier était en progression de 47 pour cent par rapport aux 5,7 millions $ qu'il avait empochés en 2010.

Son salaire s'est élevé à 954 473 $ l'an dernier. Il a aussi reçu 2,5 millions $ en primes sous formes d'actions, 2,2 millions $ en options et 1,8 million $ en mesures incitatives.

Le président du conseil d'administration de la banque, Jean Douville, a rétorqué que la majorité des actionnaires étaient d'accord avec cette rémunération, qui reflète, selon lui, «la réalité dans laquelle nous vivons». Il a fait valoir que les salaires élevés sont nécessaires pour attirer et retenir les gens de talent.

Par ailleurs, le chef de la direction de la Banque Nationale a affirmé que l'institution continuera d'élargir sa présence à l'extérieur du Québec en s'attardant aux services bancaires aux particuliers et aux entreprises.

M. Vachon a affirmé que la banque ajoutera quelques succursales et continuera de développer des partenariats tels que ceux avec Investors et Sun Life.

L'entreprise misera sur l'Ontario, mais aussi sur l'Ouest canadien et les Maritimes.

M. Vachon n'a pas voulu préciser combien la banque dépenserait dans ces développements prévus en 2012 et 2013.

Pour l'année courante, le chef de la direction a donné l'espoir d'une hausse du dividende.

«Cela a été plus difficile que prévu, mais nous sommes encore confiants de pouvoir faire croître les profits et hausser le dividende», a-t-il déclaré.

Tandis que l'économie américaine continuera de s'améliorer, M. Vachon a dit s'attendre à ce que le Québec encaisse un retard par rapport au reste du Canada, renforcant les pressions de la province en faveur de son Plan Nord et du soutien des ressources naturelles.

À la Bourse de Toronto, l'action de la Banque Nationale (TSX:NA) a gagné mercredi 2 cents pour clôturer à 79,45 $.

PLUS:pc