DIVERTISSEMENT

Vues d'Afrique 2012: une programmation plus diversifiée que jamais (PHOTOS/VIDÉO)

03/04/2012 02:16 EDT | Actualisé 12/04/2012 09:11 EDT
Vues d'Afrique

Plus qu'un festival de films, Vues d'Afrique est une ouverture sur le monde. Pour cette 28e année, une centaine de films provenant de 39 pays créoles et d'Afrique seront présentés du 27 avril au 6 mai.

«On essaie de présenter une vision juste de l'Afrique et des pays créoles, pas trop cliché et multiple, nous dit Marjorie Guillemin, responsable de la programmation 2012. On essaie de diversifier au maximum le nombre de pays représentés. Par exemple, cette année, on a le premier court-métrage de Djibouti, qui s'appelle Laan (Les copines). On a aussi des films d'Angola, du Rwanda, du Kenya.»

Fictions et documentaires, longs et courts, sont répartis dans six catégories pour la compétition: Fiction, Documentaire, Afrique connexion (anciennement Africa Numérique), Regards d'ici (cinéma québécois et canadien), Musicafrica (où des talents musicaux sont mis à l'honneur), et un nouveau prix, le Prix des droits de la personne, qui souligne l'alliance récente entre Le Festival du Film sur les Droits de la Personne de Montréal et Vues d'Afrique qui ne feront plus qu'un.

En ouverture, une soirée festive, qui aura lieu au Cinéma Impérial, avec la projection de 30 degrés couleur, une comédie de Lucien Jean-Baptiste et de Philippe Larue, et une soirée ponctuée de numéros musicaux et animée par le parrain de l'événement, Éric M'Boual.

Le film marocain Sur la planche, acclamé par la critique au Festival de Tanger et à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes, aura l'honneur de fermer le bal lors de la soirée de remise des prix. La réalisatrice Leïla Kilani sera présente.

Le festival ratisse large et tous y trouveront chaussure à leurs pieds. Que ce soit dans des documentaires jetant un regard neuf sur l'histoire africaine (Berlin 1885, la ruée sur l'Afrique, qui contient des documents d'archives retraçant la séparation arbitraire de l'Afrique par les coloniaux), sur des situations relationnelles qui nous interpellent (Poly-amour) ou dans des récits de fiction touchants comme ce voyage de deux gamins à Casablanca (Majid).

«On cherche un équilibre entre des films d'auteur à petits budgets et des films plus grand public. Ce qu'on a essayé de faire aussi cette année, c'est beaucoup de films-événements. C'est-à-dire des collaborations avec des associations, comme Arc-en-ciel d'Afrique, le Centre Amazigh, Africasum, qui vont venir avec des conférenciers pour animer la soirée et échanger après la projection d'un film pour aller plus loin dans la réflexion.» Parmi les sujets abordés: les droits des homosexuels africains, l'exploitation minière et la place des femmes dans les sociétés africaines.

Les États-Unis d'Afrique, qui a remporté le Prix de la critique et de la Cinémathèque québécoise aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), sera projeté gratuitement, en partenariat avec Radio-Canada.

Les coups de coeur de quelques personnalités, dont les parrain et marraine (Tetchena Bellange) de l'événement feront aussi partie de la programmation, ainsi qu'un volet anglophone.

À souligner également, les ciné-apéritifs qui auront lieu tous les matins à l'hôtel Opus. Ces rencontres gratuites avec les cinéastes sont une occasion d'échanger avec eux sur les différents sujets d'intérêt social que mettent de l'avant leurs films.

Hormis la soirée d'ouverture, les projections se dérouleront toutes au cinéma Ex-Centris. Pour plus d'informations, visionnez le site Vues d'Afrique.

INOLTRE SU HUFFPOST

Vues d'Afrique 2012