NOUVELLES

Santé Canada et les douanes doivent davantage collaborer, selon Michael Ferguson

03/04/2012 11:56 EDT | Actualisé 03/06/2012 05:12 EDT

OTTAWA - L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) affiche une bonne performance en matière de contrôle des importations de biens de consommation potentiellement risqués, mais elle doit collaborer davantage avec Santé Canada pour repérer certains envois problématiques, a plaidé le vérificateur général.

Dans son rapport déposé mardi aux Communes, Michael Ferguson soutient que l'agence fait un bon travail d'identification des envois à haut risque. Il n'existe toutefois pas d'entente formelle entre l'ASFC et Santé Canada en ce qui a trait à la vérification des importations de biens se trouvant sous la juridiction du ministère, tels les appareils médicaux et les produits antiparasitaires.

Les agents des services frontaliers n'ont pas d'instructions précises sur les procédures à suivre pour la surveillance de ces produits, a écrit M. Ferguson dans son rapport, ajoutant qu'un accord officiel pourrait remédier à la situation.

L'ASCF et Santé Canada ont fait savoir qu'ils collaboreraient afin de conclure un tel accord, qui déterminera la responsabilité de chacun pour les divers types d'importations.

Par ailleurs, M. Ferguson a déploré la pauvreté de la documentation produite par les douaniers à la suite de leurs inspections des importations, avec 40 pour cent de rapports qui sont incorrects ou incomplets.

L'agence a déclaré que ses procédures à cet égard seraient resserrées.

PLUS:pc