NOUVELLES

Procès Stafford: le père quitte la salle durant le témoignage du médecin légiste

03/04/2012 04:51 EDT | Actualisé 03/06/2012 05:12 EDT

LONDON, Ont. - Le père de Victoria Stafford a quitté précipitamment la salle d'audience, mardi, alors que défilaient sur un écran des images du corps à peine reconnaissable de sa petite fille de huit ans vêtue seulement d'un chandail «Hannah Montana» orné de paillettes et portant l'inscription «Une fille peut avoir des rêves».

Ces photos ont été montrées dans le cadre du procès de Michael Rafferty, âgé de 31 ans, qui a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d'agression sexuelle ayant causé des lésions et d'enlèvement en lien avec la mort de la petite fille surnommée «Tori» par ses proches.

La mère de Victoria, Tara McDonald, a pleuré durant la présentation des clichés, qui faisaient partie du témoignage du médecin légiste en chef de l'Ontario, le Dr Michael Pollanen, qui a pratiqué l'autopsie. Le père, Rodney Stafford, est carrément sorti de la salle.

Le juge Thomas Heeney, de la Cour supérieure, avait plus tôt demandé aux jurés de se préparer à voir des images particulièrement troublantes. Le Dr Pollanen les avait pour sa part prévenus que le cadavre était en état de décomposition avancé et qu'ils auraient sans doute de la difficulté à en reconnaître certaines parties.

Le pathologiste a raconté que lorsque les restes de la petite Tori ont été découverts par un policier trois mois après sa disparition, ils étaient si décomposés qu'il était impossible de trouver des preuves d'agression sexuelle. Le corps était emballé dans des sacs à ordures, placé en position foetale et allongé sur le côté droit. Une pile de roches le recouvrait.

Victoria Stafford a été enlevée près de son école primaire à Woodstock, en Ontario, le 8 avril 2009. Elle aurait été agressée sexuellement et tuée de plusieurs coups de marteau à la tête dans une région rurale située à plus de 100 km au nord du lieu de son enlèvement.

L'ex-copine de Rafferty, Terri-Lynne McClintic, âgée de 21 ans, purge une peine d'emprisonnement à vie après avoir plaidé coupable il y a deux ans à une accusation de meurtre prémédité en lien avec le décès de la fillette.

PLUS:pc