Huffpost Canada Quebec qc

La filiale de SNC-Lavalin mise à l'écart par la Banque mondiale

Publication: Mis à jour:
SNC LAVALIN
La Banque mondiale a temporairement écarté SNC-Lavalin de ses appels d'offre au Bangladesh (PC) | PC

MONTRÉAL - Le géant montréalais de l'ingénierie SNC-Lavalin (TSX:SNC) a indiqué, lundi, que sa filiale au Bangladesh avait été écartée temporairement des appels d'offres sur les nouveaux projets de la Banque mondiale, en raison d'une enquête sur un projet de pont lancée en septembre dernier.

SNC-Lavalin a affirmé qu'elle offrirait une «réponse détaillée» aux allégations contenues dans un rapport confidentiel, avant qu'une décision finale ne soit prise par l'organisation mondiale.

«Nous respectons la décision de la Banque mondiale de prononcer une telle suspension temporaire à l’égard de la filiale en cause jusqu’à ce que le dossier soit réglé», a énoncé le chef de la direction par intérim de la société, Ian Bourne.

Il a assuré que tous les projets actifs et les nouvelles offres faites par d’autres filiales ou divisions de SNC-Lavalin suivront leur cours.

«Nous avons entrepris notre enquête à l’interne dès que l’affaire a été portée à notre attention et nous continuerons de coopérer pleinement avec la Banque mondiale à ce sujet», a ajouté M. Bourne par communiqué.

L'entreprise est à la recherche d'un nouveau chef de la direction depuis le départ, la semaine dernière, de Pierre Duhaime à la suite d'une enquête sur des commissions irrégulières totalisant plus de 56 millions $ US.

Les nouvelles allégations sont reliées au projet de pont de Padma, pour lequel la filiale de SNC a soumissionné à titre de maître d’œuvre du gouvernement du Bangladesh dans la supervision des travaux de l’entrepreneur chargé du projet de construction.

La société a enquêté sur les allégations de corruption concernant le projet. Une requête de la Banque mondiale a mené la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à faire des perquisitions dans des bureaux de SNC-Lavalin en Ontario l'automne dernier.

SNC-Lavalin a dit lundi demeurer investie dans le respect de normes éthiques dans la bonne marche des affaires.

SNC-Lavalin a souligné que la suspension temporaire n’est pas une décision finale, mais bien une mesure prise par la Banque mondiale pour «contrôler les interactions» avec la filiale visée pendant que l'enquête se poursuit.

La Banque mondiale a signé une entente il y a un an pour prêter 1,2 milliard $ au Bangladesh pour construire ce pont, mais l'institution a indiqué que l'argent ne serait pas remis avant la fin de l'enquête.

SNC-Lavalin, société mondiale de construction et d'ingénierie, compte des bureaux à travers le Canada et dans plus de 40 pays à travers le monde.

À la Bourse de Toronto, l'action de la société a gagné lundi 82 cents ou plus de deux pour cent, clôturant à 40,75 $.