NOUVELLES

Le NPD ontarien est ouvert à des amendements au budget pour le faire adopter

02/04/2012 03:45 EDT | Actualisé 02/06/2012 05:12 EDT

TORONTO - Les néo-démocrates ontariens sont «raisonnables» en travaillant avec le gouvernement libéral minoritaire pour faire adopter le budget et éviter de déclencher de nouvelles élections, a déclaré lundi le ministre des Finances, Dwight Duncan.

Les progressistes-conservateurs ont pour leur part promis immédiatement après sa présentation, la semaine dernière, de voter contre le budget. Les libéraux auront ainsi besoin du vote d'au moins deux députés néo-démocrates pour le faire adopter, sans quoi leur gouvernement sera défait.

Cela déclencherait automatiquement de nouvelles élections générales dans la province, cinq mois après les plus récentes.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a toutefois indiqué vouloir consulter les électeurs à propos des changements que les citoyens voudraient y apporter, avant de décider s'il appuiera le plan libéral et permettra la survie du gouvernement.

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a dit ne pas vouloir agir à la légère dans ce dossier.

Le ministre Duncan a précisé que les libéraux et les néo-démocrates avaient eu des discussions au sein de leur formation concernant d'éventuels amendements, mais qu'il n'y avait pas de négociations formelles entre les élus des deux formations politiques.

Le NPD a reçu 10 000 réponses via une ligne téléphonique et un site web mis sur pied pour obtenir les commentaires de la population sur le budget, mais le seul thème constant est le manque d'appuis, a mentionné Mme Horwath.

Les néo-démocrates sont en accord avec le report de la diminution du taux d'imposition des entreprises, qui doit passer de 11,0 à 10,5 pour cent, jusqu'à ce que le déficit de 15,2 milliards $ soit éliminé. Ils sont cependant contre le gel des salaires pour environ un million d'employés du secteur public.

Le premier ministre Dalton McGuinty a mentionné que le gouvernement respecterait le processus de négociation collective avant de décréter le gel des salaires, et il s'attend à ce que les progressistes-conservateurs appuient tout projet de loi libéral en ce sens.

PLUS:pc