NOUVELLES

Des groupes accusent les conservateurs de ne pas révéler le plan de transparence

02/04/2012 06:00 EDT | Actualisé 02/06/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Deux semaines seulement avant le dévoilement du plan de transparence du gouvernement fédéral à l'occasion d'une rencontre internationale au Brésil, les orientations des conservateurs demeurent un mystère.

Un groupe réclamant des réformes démocratiques au pays affirme que les conservateurs ne respectent déjà pas les engagements qu'ils ont pris dans le cadre du partenariat global pour un gouvernement transparent.

Duff Conacher, un membre de «Démocratie en surveillance», croit que le gouvernement de Stephen Harper n'a pas correctement consulté les Canadiens afin de faire preuve d'une plus grande transparence dans ses décisions, une contrainte qu'il doit respecter pour rencontrer les exigences du partenariat global.

«Depuis le printemps dernier, les conservateurs ont tenté de présenté leurs initiatives sans véritable envergure comme un vrai plan gouvernemental en faveur de la transparence», a-t-il déclaré.

Les délégués de 53 pays, incluant le Canada, vont dévoiler leur plan lors de la rencontre annuelle du partenariat qui aura lieu les 17 et 18 avril au Brésil.

Les pays participants devront livrer leurs plans d'actions qui expliqueront leurs engagements quant à un gouvernement transparent et redevable envers la population, et accepter une évaluation indépendante de leurs progrès.

Pour l'instant, le Canada a révélé vouloir mettre l'accent sur l'amélioration des services publics, sur l'accroissement de l'intégrité publique et sur une gestion plus efficace des ressources publiques, sans offrir plus de détails.

Au cours des dernières années, le gouvernement fédéral a repensé l'emballage de l'information sur à peu près tous les sujets, des exportations de produits laitiers aux statistiques sur le marché du travail, rendant les données accessibles via un portail en ligne. Il a également publié des informations ministérielles sur les dépenses, les contrats et les demandes d'accès à l'information complétées.

Pour obtenir un statut de membre à part entière du Open Government Partnership, le Canada a entrepris des consultations pour aider à mettre sur pied un plan d'action que le président du Conseil du trésor Tony Clement présentera au Brésil.

Ces consultations comprennent de la rétroaction obtenue en ligne de la part de 260 Canadiens, une discussion via Twitter qui a permis de recueillir plus de 550 gazouillis, ainsi qu'une rencontre avec les greffiers des assemblées législatives fédérale, provinciales et territoriales et les secrétaires généraux des conseils de ministre en janvier.

Un rapport fédéral récemment publié à propos des consultations a révélé que les participants ont suggéré au gouvernement de faciliter l'accès aux informations sur les sites web ministériels et via un portail central; promouvoir l'accessibilité des données ouvertes à l'aide de meilleurs efforts de communication et de marketing; améliorer les outils de consultation et les sites Internet en utilisant un langage clair et les médias sociaux; s'assurer que les Canadiens savent que des consultations ont lieu et démontrer que des gestes sont posés en vertu des résultats, ainsi que d'être plus transparents envers les Canadiens en améliorant les politiques et les règles pour que les données gouvernementales soient libres d'accès par défaut.

PLUS:pc