NOUVELLES

Aung San Suu Kyi revendique la victoire aux législatives birmanes

02/04/2012 04:17 EDT | Actualisé 01/06/2012 05:12 EDT

YANGON, Myanmar [Burma] - L'opposante Aung San Suu Kyi a proclamé lundi sa victoire aux élections de la veille, en souhaitant que ce scrutin historique marque le début d'une nouvelle ère pour la Birmanie. Son entrée au Parlement, moins de deux ans après sa libération, ouvre la voie à son éventuelle candidature à la présidentielle de 2015.

Acclamée par des milliers de partisans réunis à Rangoon devant le siège de son parti, la Ligue nationale pour la Démocratie, la lauréate du prix Nobel de la paix a affirmé avoir décroché le mandat qu'elle briguait dans la circonscription rurale de Kawhmu, au sud de la capitale économique du pays.

La victoire d'Aung San Suu Kyi est celle de près de 25 ans de lutte pour la démocratie, dont 15 passés assignée à résidence tandis que ses partisans étaient emprisonnés et torturés par la junte au pouvoir de 1962 au début 2011. Agée de 66 ans, "La Dame", comme la surnomment respectueusement les Birmans, a été libérée fin 2010.

"Le succès que nous avons est le succès du peuple", a déclaré Aung San Suu Kyi, alors que ses partisans scandaient son nom et faisaient le "V" de la victoire avec leurs doigts. "Ce n'est pas tant notre triomphe que le triomphe du peuple, qui a décidé qu'il devait être impliqué dans le processus politique de ce pays", a-t-elle ajouté. "Nous espérons que ce sera le début d'une nouvelle ère."

La commission électorale n'avait pas encore confirmé les résultats des législatives partielles mais des responsables gouvernementaux commentaient déjà la victoire de l'opposante historique et la population célébrait l'événement.

Un porte-parole de la LND, Han Than, a déclaré que, selon les scores relevés par les observateurs de sa formation, l'opposition avait remporté au moins 43 des 44 sièges qu'elle briguait, sur 45 mis aux voix dimanche. Elle se serait notamment emparée des quatre sièges en jeu dans la nouvelle capitale, Naypyitaw, infligeant un cinglant revers au gouvernement dans cette ville peuplée de fonctionnaires.

L'influence de l'opposition au Parlement risque cependant d'être limitée car l'élection ne portait que sur 45 des 664 sièges d'une assemblée très largement dominée par le parti au pouvoir et où un quart des postes sont réservés à l'armée.

Un conseiller du président Thein Sein, Nay Zin Latt, a affirmé à l'Associated Press qu'il n'était "pas vraiment surpris que la LND ait remporté une majorité de sièges". Interrogé sur une éventuelle entrée de Mme Suu Kyi au gouvernement, il a répondu que "tout est possible". "On pourrait lui confier n'importe quel poste à responsabilité étant donné ses capacités", a-t-il ajouté.

Malgré des irrégularités dénoncées par la LND, la responsable de l'équipe d'observateurs de l'Union européenne, Malgorzata Wasilewska, a qualifié le vote de "suffisamment convaincant", sans aller jusqu'à le déclarer crédible. "Dans les bureaux de vote que j'ai visités (...), j'ai vu beaucoup de bonnes pratiques et de bonne volonté, ce qui est très important", a-t-elle noté.

Les Etats-Unis et leurs alliés, dont l'Union européenne, ont laissé entendre qu'ils pourraient lever une partie des sanctions contre la Birmanie si le scrutin se déroulait correctement. AP

ljg/st/v194

PLUS:pc