NOUVELLES

Londres: le studio d'enregistrement de Harry Potter est ouvert au public

01/04/2012 11:18 EDT | Actualisé 01/06/2012 05:12 EDT

WATFORD, Royaume-Uni - Le château de Poudlard ouvrira ses portes aux Moldus.

Non loin de Londres, en Angleterre, se trouve le studio d'enregistrement des films Harry Potter, qui abrite le véritable Poudlard — ou à tout le moins une réplique monumentale de l'école de sorcellerie tissée de l'imaginaire de la romancière J. K. Rolling. Les huit films de la série ont été tournés sur ce plateau entre l'an 2000, jusqu'en 2010.

Le château, détaillé avec soin, constitue l'apogée de «The Making of Harry Potter»: la visite des coulisses du studio de Warner Brothers.

À bien des égards, tout cela pourrait n'être rien de plus que des maquettes et des décors, mais les fans de Harry Potter y voient plutôt un lieu de pèlerinage.

«Je suis littéralement resté sur place pendant 10 minutes, pour accuser le coup», a déclaré Cee Anatole, qui travaille sur un site Web de fans du jeune sorcier et qui a pu accéder au site avant la grande ouverture de samedi. «L'attention portée aux détails, c'est complètement fou.»

Warner Brothers espère qu'un même enthousiasme sera aussi suscité au sein du public général. Le studio de cinéma s'attend à quelques 5000 visites par jour pour cette nouvelle attraction, qui se vante d'être l'authenticité même: les véritables décors, maquettes, accessoires et costumes des films, le tout à l'emplacement du studio original.

Le premier — et le plus spectaculaire — des décors présentés aux visiteurs est le hall d'entrée de Poudlard, avec ses sols de pierre et ses arches d'inspiration gothique, ses gargouilles et son immense foyer. Viendront ensuite le dortoir où logeait Harry Potter, le bureau du directeur de l'école Albus Dumbledore, la maison du demi-géant Hagrid et le chemin de Traverse — la rue où se trouvait la boutique du vendeur de baguettes Ollivander, de même que le «Weasley & Weasley, Farces pour sorciers facétieux».

La visite est un véritable festin de détails reconstituant la saga Harry Potter. On y présente non seulement le pull tricoté par Mme Weasley aux boîtes de céréales Cheery Owls, les bouteilles de potions et des os d'animaux, mais aussi plus de 17 000 boîtes de baguettes magiques - peintes à la main.

Pour les mordus de Harry Potter, ce n'est rien de moins que le nirvana: ils peuvent écouter des artisans parler de leur travail, monter sur un balai dans la salle des effets spéciaux et observer comment le maquillage, les prothèses et les animatroniques ont permis de donner vie à des centaines de créatures magiques.

L'attraction a pour but de rendre hommage aux centaines de techniciens et artisans qui ont porté au grand écran le monde imaginé par J. K. Rowling.

«Il y avait une telle quantité de travail qui était invisible pour le spectateur, et tout ce travail s'est imbriqué aux films, a souligné David Heyman, qui a été producteur pour chacun des films de la saga. Il s'agit d'une visite pour les fans de Harry Potter, mais aussi pour ceux qui ne sont pas forcément des accros de la série. Au final, c'est vraiment une incursion dans les coulisses d'un film, c'est un mode d'emploi.»

Warner Brothers est on ne peut plus fier de sa nouvelle attraction. Mais il demeure un regret, que même les pouvoirs de Harry Potter n'auront pas réussi à surmonter. Le train ne partira pas de la gare King's Cross, comme c'était le cas dans les livres de l'écrivaine britannique, mais plutôt de celle de Euston.

Le site fait partie de la revitalisation de 160 millions $ de ces studios de Leavesden, logés dans un aérodrome datant de la Seconde Guerre mondiale à 30 kilomètres au nord-ouest de Londres — soit le plus grand complexe de films en Europe.

Outre l'attraction, le plateau — qui doit être ouvert plus tard cette année — comprendra des studios d'enregistrement, des ateliers, des bureaux et le plus grand studio en extérieur de l'Europe. Warner Brothers deviendra le seul studio américain à posséder des installations permanentes en Angleterre.

Ceux qui ont planché sur le film ont affirmé que la transformation était remarquable.

«La différence, plutôt étrange pour nous, c'est que le toit ne coule pas. Et ce n'est pas poussiéreux, il n'y a pas de courants d'air et il n'y fait pas froid. On travaillait littéralement dans une énorme remise», s'est remémoré David Yates, qui a réalisé les quatre derniers opus de la série.

Warner Brothers n'a pas estimé la durée de vie de son attraction, qui embauchera 300 personnes - dont une horde de fans de Harry Potter faisant office de guides des plus enthousiastes. La Pottermania ne montre toutefois aucun signe d'essoufflement jusqu'à présent.

Les premières critiques ont largement été positives, bien que certains aient tiqué sur le prix d'entrée: 45 $ pour les adultes et 34 $ pour les enfants de 5 ans et plus. Les enfants en bas de 5 ans y ont accès gratuitement. Warner Brothers a soutenu que les frais d'admission correspondaient au marché pour ce type d'activités majeures en Grande-Bretagne et ailleurs dans le monde.

L'emplacement a aussi gagné l'assentiment d'un autre groupe important — les acteurs. «Je dois dire que c'est assez émouvant de revenir ici. J'ai parfois dû me remémorer que nous n'allions pas tourner une scène, tellement c'était authentique», a souligné Rupert Grint, qui interprétait le meilleur ami de Harry, Ron Weasley.

«C'est un endroit spécial pour moi, c'est ici que j'ai grandi, que je suis allé à l'école. C'est vraiment sympa de pouvoir le partager avec tout le monde.»

PLUS:pc