NOUVELLES

Le Canada enverra 31 nageurs aux JO de Londres, incluant huit Québécois

01/04/2012 09:29 EDT | Actualisé 01/06/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'équipe canadienne olympique de natation sera formée de 31 athlètes, incluant huit du Québec, aux JO de Londres, l'été prochain.

Les femmes seront en plus grand nombre, au compte de 18, avec le tiers de la représentativité québécoise: Victoria Poon (50 libre, 100 relais), de Lasalle, Audrey Lacroix (200 papillon) et Katerine Savard (100 papillon), toutes deux de Pont-Rouge, Stephanie Horner (400 quatre nages), de Beaconsfield, Barbara Jardin (200 libre), de Notre-Dame-de-Grâce, ainsi que Samantha Cheverton (200 libre, 100 relais), de Pointe-Claire.

Les deux gars sont Charles Francis (100 dos), de Cowansville, en Estrie, et Tobias Oriwol (200 dos), de Pointe-Claire.

Quatorze des 27 nageurs, incluant cinq Québécois, que l'équipe canadienne avait envoyés aux JO de Pékin, en 2008, sont de retour.

L'entraîneur national et chef de direction de Natation Canada, Pierre Lafontaine, s'est dit confiant qu'on atteigne l'objectif déjà annoncé d'une récolte de deux ou de trois médailles en Angleterre, grâce entre autres aux relais féminin.

«Nous visons de prendre part à un total de 13 à 15 finales», a précisé Lafontaine.

En Chine, il y a quatre ans, le Canada n'avait gagné qu'une médaille et participé à une dizaine de finales.

Poon souriante

Dimanche, Poon a retrouvé le sourire après avoir obtenu sa qualification olympique au 50 mètres libre. La nageuse originaire de Lasalle était animée du désir d'effacer la déception de la veille, au 100 mètres.

Poon a remporté l'épreuve en un temps de 25,03 secondes, à 28 centièmes de son record canadien.

«Aujourd'hui, j'ai eu plus de plaisir, a commenté la nageuse âgée de 27 ans. C'est court, 50 mètres, c'est mon épreuve et j'aime ça.»

Chantal VanLandeghem, de Winnipeg, s'est fait souffler sa qualification par un centième, à 25,28. Hannah Riordan, de Montréal, a pris le troisième rang en 25,33.

Record canadien

Les femmes se sont de nouveau mises en évidence, à l'occasion de la dernière soirée des essais olympiques.

Au 200 dos féminin, Sinead Russell, de Burlington, en Ontario, a retranché 76 centièmes à sa marque canadienne, grâce à un temps de 2:08,04 minutes. Hilary Caldwell, de White Rock, en Colombie-Britannique, a assuré sa place dans l'équipe, avec un temps de 2:09,14.

Russell, âgée de 18 ans, a dit qu'elle devra être plus rapide d'au moins deux dixièmes de seconde afin d'espérer monter sur le podium à Londres.

«Je m'entraîne fort depuis plusieurs mois et les prochains seront plus ardus, a-t-elle mentionné. Je dois améliorer ma technique dans les virages.»

Chez les hommes, les têtes d'affiche ont été à la hauteur. Brent Hayden, de Mission, en C.-B., a survolé le 50 mètres libre en 22,16 secondes. Hayden a confié qu'il sera plus rapide dès qu'il aura abaissé son poids d'environ sept livres, à près de 180. Richard Hortness, de Medecine Hat, en Alberta, a suivi en 22,47. La marque mondiale est de 20,91.

Parti lentement au 1500 mètres, Ryan Cochrane, de Victoria, a aisément remonté le peloton dans les 500 derniers mètres pour l'emporter en 15:09,80 minutes, par plus de sept secondes.

Andrew Ford, de Guelph, en Ontario, a remporté la course de 200 mètres quatre nages, en 2:01,18, tout près de sa marque personnelle. Jake Tapp, de Langley, en C.-B., a fini en 2:02,75.

Records paralympiques

Dans les courses paralympiques, deux records mondiaux ont été éclipsés, dimanche. Benoît Huot, de Longueuil, a établi celui du 200 mètres quatre nages tandis que chez les femmes, Summer Mortimer, de Newmarket en Ontario, a amélioré sa propre marque au 50 mètres libre.

Huot a stoppé le chrono à 2:10,26 minutes, et il n'était pas peu fier de souligner que pour la première fois de sa carrière, il avait réussi un chrono qui lui permettrait de participer à une course chez les seniors.

«Je pourrais participer à une compétition avec des athlètes qui ne sont pas handicapés, a lancé Huot, visiblement heureux. C'est la première fois de ma vie que je réussis ça. Ce n'était pas un objectif personnel, mais à l'âge de 28 ans, je suis très content de cet accomplissement. Je ne pensais pas avoir été autant rapide, et ça me rend pas mal fier.»

Mortimer, elle, a amélioré sa propre marque en 28,17 secondes. Deuxième, même si elle a été plus rapide dans le bassin en 27,99, la Québécoise Valérie Grand-Maison, de Fleurimont, a affirmé avoir livré sa meilleure performance de la semaine.

«Je voulais réaliser un temps ici qui me hisserait au premier rang mondial, a affirmé Grand-Maison. Là, je pense que j'ai passé un message. Au 50 libre, je n'étais pas sur la carte, mais avec un temps comme celui-là j'ai montré de quel bois je me chauffe.»

PLUS:pc