NOUVELLES

Aung San Suu Kyi: les dates clefs

01/04/2012 11:26 EDT | Actualisé 01/06/2012 05:12 EDT

YANGON, Myanmar [Burma] - Fille du héros de l'indépendance birmane, le général Aung San, qui fut assassiné alors qu'elle était âgée de deux ans, Aung San Suu Kyi est venue à la politique presque par accident. Voici quelques dates clefs de la vie de l'opposante birmane, lauréate du prix Nobel de la paix 1990:

- 19 juin 1945: naissance d'Aung San Suu Kyi à Rangoon; elle est élevée dans son pays, puis en Inde à partir de 1960, où sa mère, Khin Kyi, est nommée ambassadrice de Birmanie

- juillet 1947: son père et six membres du gouvernement par intérim qu'il dirige sont assassinés par des rivaux politiques

- 1972: la jeune femme, diplômée de l'Université d'Oxford en philosophie, sciences politiques et économie, épouse l'universitaire britannique Michael Aris, spécialiste des questions tibétaines. Elle travaille alors pour l'ONU à New York, puis au Bhoutan. Le couple aura deux enfants, Alexander et Kim, nés respectivement en 1973 et 1977

1988

- avril: Aung San Suu Kyi rentre en Birmanie pour s'occuper de sa mère, souffrante. Son retour coïncide avec le début de manifestations contre la junte au pouvoir

- 8-11 août: grandes manifestations dans tout le pays, qui sont noyées dans le sang

- septembre: elle participe à la création de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), parti d'opposition

- juillet 1989: arrestation d'Aung San Suu Kyi sous l'accusation d'incitation aux troubles à l'ordre public et de son bras droit Tin Oo. Elle restera assignée à résidence pendant six ans

- mai 1990: la LND remporte une victoire écrasante aux législatives en décrochant 392 des 495 sièges à l'Assemblée constituante. Mais la junte refuse de respecter les résultats. L'opposante, qui ne se départira jamais de sa politique de non-violence inspirée de Gandhi, deviendra le symbole de la démocratie réprimée en Birmanie

- octobre 1991: le prix Nobel de la paix lui est attribué

- juillet 1995: son assignation à résidence prend fin, mais la junte continue d'arrêter ses partisans et lui interdit de quitter Rangoon

- mars 1999: décès de son mari des suites d'un cancer de la prostate en Angleterre. Avant sa mort, Michael Aris se verra refuser de rendre visite à Aung San Suu Kyi en Birmanie. Autorisée par la junte à quitter le pays, l'opposante préfère ne pas se rendre aux obsèques de son époux par peur de ne pouvoir être autorisée à rentrer en Birmanie

- septembre 2000: Aung San Suu Kyi est à nouveau assignée à résidence

- mai 2002: l'opposante voit son assignation levée sans conditions

- mai 2003: la lauréate du prix Nobel de la paix est arrêtée et assignée à résidence après avoir tenté de visiter des partisans en province

- août 2007: des manifestations contre le prix des carburants se transforment en révolte anti-junte, qui devient la "Révolution de safran" avec l'appui des bonzes

- 11 août 2009: accusée en mai d'avoir violé les termes de son assignation à résidence, après l'intrusion dans sa propriété d'un illuminé américain, elle écope de 18 mois d'assignation à résidence supplémentaires

2010

- 7 novembre: pour les premières élections en vingt ans, les partis pro-junte remportent une victoire massive, dénoncée par l'opposition qui parle de fraude généralisée

- 13 novembre: nouvelle levée de l'assignation à résidence d'Aung San Suu Kyi

2012

- 18 janvier: Suu Kyi se lance dans la campagne des législatives partielles, réunissant des foules nombreuses lors de ses déplacements dans le pays

- 1er avril: la LND annonce qu'elle est élue député dans la circonscription de Kawhmu, au sud de Rangoon. AP

mw/v0246

PLUS:pc