NOUVELLES

Détenu plus d'un an dans une prison au Liban, un homme du N.-B. est relâché

31/03/2012 12:15 EDT | Actualisé 31/05/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Un agriculteur canadien, détenu pendant plus d'un an dans une prison au Liban relativement à des accusations d'exportation de pommes de terre pourries, est de retour au pays.

Un avocat représentant Henk Tepper a indiqué qu'un avion transportant le Néo-Brunswickois avait atterri à l'aéroport d'Ottawa samedi après-midi, où il a été accueilli par des membres de sa famille.

«Je suis heureux d'être à la maison, et c'est tout ce que je peux vous dire», a déclaré l'agriculteur aux journalistes, les traits tirés, alors qu'il quittait la zone des douanes. Lui et sa famille se sont ensuite engouffrés dans un salon de l'aéroport.

Henk Tepper, âgé dans la mi-quarantaine, était détenu à Beyrouth depuis le 23 mars 2011.

Il a été arrêté en vertu d'un mandat d'arrêt international, émis sous des allégations liées à des activités commerciales en Algérie, en 2007.

Une source proche de l'agriculteur a indiqué que le mandat algérien est toujours en vigueur. L'homme du Nouveau-Brunswick pourrait faire face à cinq ans de pénitencier s'il est reconnu coupable des accusations pesant contre lui.

Tepper était dans une impasse juridique depuis son arrestation, étant détenu sous un mandat d'Interpol au Liban — un pays qui n'a pas conclu de traité d'extradition avec l'Algérie.

L'Algérie allègue aussi que l'agriculteur aurait contrefait des documents liés à l'exportation de pommes de terre du Québec et de l'Île-du-Prince-Édouard.

Les avocats de Tepper ont nié toutes les allégations, disant les pommes de terre ont été inspectées au Canada avant l'expédition et respectaient les normes algériennes.

Le Canadien a été arrêté au Liban pendant ses déplacements au Proche-Orient, effectués dans le cadre d'une mission de commerce agricole pour promouvoir les semences de pommes de terre des Maritimes.

Les avocats et la famille de Tepper ont émis des inquiétudes, tout au long de la dernière année, à propos de l'état de santé du détenu, qui se détériorait.

Ses proches et des élus libéraux ont par ailleurs critiqué les efforts d'Ottawa pour le rapatrier au Canada, soutenant que les autorités n'en avaient pas fait assez.

La ministre d'État des Affaires étrangères, Diane Ablonczy, a publié un communiqué samedi, affirmant de son côté que le gouvernement fédéral avait mis les bouchées doubles pour obtenir la libération de Tepper.

«Par la voie diplomatique, notre gouvernement a travaillé avec ardeur, dans les coulisses, afin de résoudre cette situation. Le Canada se montre également très reconnaissant de la souplesse dont ont fait preuve ses partenaires au Liban.»

La sénatrice libérale Pierrette Ringuette a mentionné que Tepper avait été accompagné, pour le vol de retour au Canada, par ses avocats, Jim Mockler et Joe Karam.

«Des médias ont rapporté que la propriété des Tepper, les Tobique Farms, représentait le plus grand producteur de pommes de terre dans la province. L'agriculteur aurait aussi exporté ses produits à Cuba, au Venezuela, au Liban et en Algérie.

PLUS:pc