NOUVELLES

Un Palestinien tué à Gaza lors d'une manifestation pour la Journée de la terre

30/03/2012 04:27 EDT | Actualisé 30/05/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - L'armée israélienne a abattu un manifestant palestinien dans la bande de Gaza, vendredi, alors que des milliers de personnes dans les Territoires palestiniens, en Israël et dans les pays voisins participaient à une manifestation annuelle contre les politiques territoriales de l'État hébreu.

Les forces de sécurité en tenue antiémeute avaient été déployées en grand nombre le long des frontières entre Israël et les Territoires palestiniens, les autorités israéliennes craignant une répétition des violences de l'an dernier, dans lesquelles 38 personnes sont mortes près des frontières avec le Liban et la Syrie.

Mais les manifestations de vendredi ont été généralement petites, et les organisateurs n'ont pas appelé les manifestants à marcher sur les frontières.

La «Journée de la terre» est soulignée chaque année le 30 mars par les arabes israéliens et les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, qui protestent contre ce qu'ils estiment être des politiques territoriales discriminatoires d'Israël.

Un responsable de la santé dans la bande de Gaza, Adham Abu Salmia, a déclaré que les forces israéliennes avaient ouvert le feu et tué Mahmoud Zaqout, 21 ans, et blessé grièvement un autre homme alors qu'ils approchaient de la frontière israélienne lors d'une manifestation qui réunissait quelques milliers de personnes, organisée par le Hamas au pouvoir dans le territoire.

L'armée israélienne a déclaré que des soldats avaient tiré des coups de semonce avant de tirer directement sur Mahmoud Zaqout, en vertu des règles d'engagement de l'armée.

Selon M. Abu Salmia, 37 autres manifestants ont été légèrement blessés dans la bande de Gaza, tandis que l'armée israélienne a avancé un bilan de 29 blessés légers.

À la mi-journée, des affrontements ont éclaté entre des manifestants et les forces de sécurité dans la région de Jérusalem. Des Palestiniens ont lancé des pierres et les soldats israéliens ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des tirs de balles en caoutchouc.

Des dizaines de Palestiniens ont été soignés pour des blessures légères à travers la Cisjordanie et à Jérusalem, dont quatre personnes blessées à la tête, selon Mohammed Ayyad, porte-parole du Croissant-Rouge à Ramallah.

Dans le sud du Liban, des milliers de personnes se sont rassemblées près d'un ancien château situé à 15 kilomètres de la frontière israélienne. Les forces de sécurité ont empêché les manifestants de s'approcher davantage de la frontière.

L'an dernier, des manifestants au Liban et en Syrie avaient tenté à deux reprises de traverser de force les frontières israéliennes, déclenchant des affrontements avec les soldats israéliens qui ont fait au moins 38 morts.

En Jordanie, des milliers de personnes se sont rassemblées à quelques kilomètres de la frontière avec la Cisjordanie en scandant «Mort à Israël».

Environ 2000 Arabes israéliens ont aussi manifesté dans le nord d'Israël.

De nombreux Palestiniens, encouragés par le Printemps arabe qui a renversé plusieurs régimes dictatoriaux dans la région l'an dernier, estiment que les grandes manifestations coordonnées sont l'un des moyens les plus efficaces d'attirer l'attention sur leur cause.

«Après les révolutions arabes, nous sommes de plus en plus conscients de l'importance de la participation populaire», a expliqué Jafar Farah, un militant arabe. «Cela a secoué les régimes arabes, et cela effraie maintenant le gouvernement israélien.»

PLUS:pc