NOUVELLES

Grève étudiante: Manifestation devant la maison de Jean Charest à Westmount

30/03/2012 06:05 EDT | Actualisé 30/05/2012 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

(Radio-Canada.ca)

Des centaines d'étudiants se sont rassemblés devant la maison de Jean Charest vendredi à Westmount, pour sensibiliser les citoyens mieux nantis.

Ils étaient aussi nombreux à manifester un peu partout au Québec, dont à Gaspé, où le premier ministre Jean Charest est de passage pour faire la promotion du Plan Nord, et à Québec devant l'Assemblée nationale.

Toutefois, le premier ministre ne fléchit pas : « Nous voulons que les étudiants puissent faire un effort comme la classe moyenne le fait également au Québec ».

Une autre manifestation était aussi prévue à vélo, ce soir vers 17 h 30 à Montréal.

Ouverture à la négociation

En entrevue vendredi, la ministre de l'Éducation Line Beauchamp a ouvert la porte à la négociation. Elle a souligné qu'il n'y aura pas de discussion sur la contribution financière des étudiants, mais qu'elle est prête à aborder les questions de l'accessibilité aux études ou de la gestion des universités.

« Je ne peux pas aller m'asseoir à une table avec les étudiants et dont le sujet de discussion est : « à qui d'autre vous devez refiler la facture ». Non, je n'accepterai pas de refiler la facture à quelqu'un d'autre. » -- Line Beauchamp, ministre de l'Éducation

La Coalition large de l'ASSÉ (CLASSE) se dit réjouie « du fait que la ministre de l'Éducation cesse de jouer à l'autruche et qu'elle commence à tendre l'oreille aux revendications », mais ajoute qu'elle n'a pas l'intention de négocier avec Line Beauchamp si celle-ci ne veut pas parler du gel.

« Ce qu'essaie de faire la ministre en posant des conditions de la sorte à tout dialogue, c'est de noyer le poisson. » -- Jeanne Reynolds, co-porte-parole de la CLASSE

« On trouve ça étrange que dans un cadre de négociations, la ministre demande aux d'étudiants d'abandonner ce pour quoi ils font la grève. Nous, on ne demande pas à la ministre de reculer à 100 % sur la hausse des frais de scolarité avant de la rencontrer », indique Léo Bureau-Blouin, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec.

Requêtes en injonction

Le juge Jean Lemelin a accepté la requête en injonction d'une étudiante opposée à la grève. Les étudiants du Cégep d'Alma devront donc se présenter en classe à partir de lundi.

Toutefois, la Cour supérieure du Québec a rejeté les demandes d'injonction d'un étudiant de l'Université de Montréal qui s'oppose aux grèves contre la hausse des droits de scolarité.

Il a été incapable de prouver que les injonctions étaient nécessaires. L'étudiant devait démontrer l'urgence de sa requête et prouver qu'il avait subi des préjudices irréparables.

Guillaume Charrette soutenait que les étudiants qui ont payé pour des cours devraient avoir le droit de les suivre sans obstruction ou harcèlement.