Mali: l'auteur du coup d'Etat ne donne pas de calendrier

Amadou Haya Sanogo Mali

Première Publication: 30/03/2012 09:11 Mis à jour: 30/03/2012 14:26

BAMAKO, Mali - L'officier qui a mené le coup d'État militaire contre le président du Mali a assuré, vendredi, que des élections libres allaient être organisées, sans toutefois donner de calendrier, alors que les pays voisins s'apprêtent à imposer des sanctions contre son pays.

Le capitaine Amadou Haya Sanogo a déclaré aux journalistes qu'il comprenait la position de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui a donné 72 heures aux putschistes pour se retirer avant de fermer les frontières et de couper l'accès à la banque centrale régionale.

Le capitaine Sanogo a demandé à la CEDEAO de le soutenir, assurant que la junte avait pris le contrôle du pays avec l'intention de lancer «un processus rapide de normalisation» et la volonté «d'organiser des élections libres et transparentes».

Des soldats mutins, avec à leur tête le capitaine Amadou Sanogo, ont encerclé le palais présidentiel il y a dix jours et ont pris le pouvoir dans la nuit. Depuis, le président Amadou Toumani Touré, âgé de 63 ans, n'est pas réapparu en public.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné le putsch, appelant les soldats mutins à «cesser toute violence et à rentrer dans leurs casernes», et à permettre à leur pays d'organiser les élections prévues à la fin du mois d'avril.

Des rebelles touareg ont par ailleurs envahi vendredi la ville stratégique de Kidal, dans le nord du pays, a déclaré à l'Associated Press le lieutenant Samba Timbo, chef de la sécurité de la junte. Il a précisé qu'un camp de l'armée malienne dans la ville résistait encore avec une poignée d'hommes.

Toutefois, un soldat joint par téléphone à Kidal a rapporté que la ville était sous le contrôle des rebelles, y compris le camp militaire. Il a précisé que le gouverneur de la ville avait trouvé refuge dans un domicile privé.

Kidal représente un enjeu majeur pour les séparatistes touareg, qui ont lancé une nouvelle rébellion en janvier.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |