NOUVELLES

Le titre de Research In Motion avance de près de sept pour cent

30/03/2012 10:09 EDT | Actualisé 30/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'action du fabricant du BlackBerry Research In Motion (TSX:RIM) a gagné près de sept pour cent à la Bourse de Toronto, vendredi, au lendemain de l'annonce de la démission du conseil de l'ancien cochef de la direction Jim Balsillie et de la publication de résultats encore plus faibles qu'anticipé.

Le titre a clôturé en hausse de 94 cents, ou 6,9 pour cent, à 14,63 $, alors que les investisseurs ont favorablement réagi au nouveau plan d'affaires mis de l'avant par l'entreprise ontarienne.

Plutôt qu'un profit, la société a affiché une perte de 125 millions $ US pour son dernier trimestre de l'exercice financier 2012, un résultat attribuable à la dépréciation de certains de ses actifs. Research In Motion a aussi indiqué avoir entamé une révision stratégique de ses activités — une expression qui signale généralement des changements majeurs pour une entreprise, comme sa vente ou sa fusion avec une autre société.

RIM a affiché un bénéfice ajusté de 80 cents US par action, soit un cent de moins que ce qui était attendu par les analystes interrogés par Thomson Reuters.

Le nouveau chef de la direction de l'entreprise, Thorstein Heins, a expliqué aux investisseurs en fin de journée jeudi qu'il comptait accorder plus d'attention aux clients corporatifs, et que RIM s'attarderait à des parts «ciblées» du marché de consommation, possiblement avec des partenaires.

RIM deviendra probablement une entreprise plus spécialisée qui n'entrera pas en concurrence directe sur le marché des téléphones intelligents avec le géant Apple et les appareils fonctionnant avec le système Android, ont soutenu vendredi des analystes.

Alkesh Shah, de la firme de New York Evercore Partners, a dit croire que l'entreprise deviendra plus petite et plus axée sur les logiciels et les services aux entreprises.

L'entreprise de Waterloo, en Ontario, pourrait breveter son populaire service de messagerie texte, BlackBerry Messenger, et la technologie de cryptage qui protège les données des BlackBerry, a cité en exemple Alkesh Shah.

«À qui l'on songe quand il s'agit de communications protégées? Aux BlackBerry et à RIM, a fait valoir l'analyste. RIM sera une entreprise plus petite, que par exemple Apple ou Samsung, mais elle pourrait être potentiellement très rentable.»

RIM pourrait aussi aider des entreprises à gérer leurs réseaux pour permettre aux employés d'utiliser les téléphones iPhone et Android sur les lieux de travail sans craintes d'ordre sécuritaire, a ajouté M. Shah, une avenue que RIM a admis avoir pris du temps à emprunter.

Les logiciels et les services compenseraient pour les ventes moindres du BlackBerry, mais le redressement de l'entreprise et du cours de son action pourraient prendre jusqu'en 2015, a prévenu l'analyste, ajoutant que les quatre à six prochains trimestres pourraient être douloureux.

PLUS:pc