Huffpost Canada Quebec qc

Débat sur le budget: le NPD vole la vedette aux libéraux en Chambre

Publication: Mis à jour:
NPD DEBAT BUDGET FEDERAL
Les néo-démocrates, sous la férule de Thomas Mulcair ont débattu sur le budget Flaherty à la Chambre des communes vendredi. (AP) | AP

OTTAWA - Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s'est accaparé de son rôle d'opposition officielle vendredi aux Communes, après avoir été dans l'ombre de la très modeste équipe libérale tout au long de sa course à la chefferie.

Le porte-parole néo-démocrate des finances, Peter Julian, a monopolisé tout le temps alloué pour débattre du budget fédéral, parlant pendant de longues heures et empêchant du même coup les libéraux de placer un mot.

Les néo-démocrates, sous la férule de Thomas Mulcair depuis samedi dernier, ont clamé qu'ils n'avaient fait rien de plus que respecter les règles. Les deux premiers intervenants de l'opposition officielle peuvent, lors d'un débat sur le budget, parler aussi longtemps qu'ils le souhaitent.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae — qui avait largement porté ombrage à son homologue néo-démocrate Nycole Turmel dans les sept derniers mois —, a toutefois accusé le NPD de «triomphalisme» mesquin.

M. Rae a ajouté que ce comportement illustrait à merveille les tactiques prisées par M. Mulcair. Au lendemain de la victoire historique du NPD aux élections fédérales de mai, Thomas Mulcair — alors leader du parti à la Chambre —, avait expulsé de leurs bureaux les 34 libéraux ayant été réélus. Il avait refusé de faire de la place pour l'équipe du Bloc québécois — que ce scrutin avait affaibli encore plus que les libéraux —, ou encore pour la leader des Verts, Elizabeth May. Cette dernière avait finalement trouvé une place parmi les libéraux.

M. Mulcair ne devrait pas craindre que des membres du Parti libéral participent pleinement au débat, a aussi plaidé M. Rae.

Le chef du NPD, couronné samedi dernier à la tête du parti, effectuait une tournée dans les médias à Toronto vendredi. Il doit livrer son tout premier discours à titre de leader néo-démocrate la semaine prochaine aux Communes, et bénéficiera alors lui aussi un temps illimité pour débattre du budget.

Les néo-démocrates étaient loin de s'excuser d'avoir muselé le troisième parti de la Chambre des communes, et ce dès le premier jour de débat sur le budget du ministre Jim Flaherty.

Le porte-parole associé des finances du NPD, Robert Chislom, s'est contenté de rappeler le statut d'opposition officielle de son parti, ajoutant que celui-ci prenaient son rôle au sérieux.

Le leader du gouvernement à la Chambre, Peter Van Loan, a abondé dans le même sens, suggérant que M. Rae faisait l'objet de beaucoup de pression et était de toute évidence frustré.

Lundi, M. Rae avait cavalièrement été abandonné par la horde de journalistes, qui s'étaient précipités sur M. Mulcair pour entendre ses premiers commentaires comme leader du NPD à la période de questions.