NOUVELLES

Croissance plus vigoureuse pour le Canada en 2012, prévoit l'OCDE

29/03/2012 10:29 EDT | Actualisé 29/05/2012 05:12 EDT
SRC

(Radio-Canada.ca) - Les perspectives économiques du Canada et des États-Unis s'améliorent, alors que la situation en Europe est toujours incertaine, selon un nouveau rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La croissance économique du Canada devrait atteindre 2,5 % du PIB au cours de la première moitié de 2012. L'OCDE prévoyait une hausse de 1,9 % en novembre dernier.

L'économie américaine devrait aussi reprendre de la vigueur avec une croissance de 2,9 % au premier trimestre et 2,8 % au second, un important bond par rapport aux dernières prédictions (1,7 % et 1,9 %).

Le rebond de l'emploi, le regain de confiance des consommateurs, la hausse des cours des actions et l'expansion du crédit soutiennent la reprise, explique l'OCDE.

L'organisation internationale met cependant en garde contre un excès d'optimisme. Divers facteurs menacent la reprise, à son avis :

-La hausse des prix du pétrole

-L'essoufflement des économies de marché émergentes, notamment de la Chine

-Le ralentissement de la croissance du commerce mondial

« Nous ne sommes peut-être plus au bord du gouffre, mais nous devons nous garder de tout optimisme excessif. » — Pier Carlo Padoa, économiste en chef de l'OCDE

Incertitudes en Europe

Si l'optimisme est de mise pour l'Amérique du Nord, les économistes de l'OCDE sont plus prudents quant à la reprise en Europe.

« Nos prévisions pour le premier semestre de 2012 font apparaître une croissance soutenue aux États-Unis et au Canada, mais beaucoup plus faible en Europe, où les perspectives restent incertaines », a déclaré dans un communiqué l'économiste en chef de l'OCDE, Pier Carlo Padoa.

Le manque de confiance des consommateurs, la montée du chômage et le resserrement du crédit annoncent une nouvelle dégradation de l'activité.

Les trois principales économies de la zone euro, l'Allemagne, la France et l'Italie, devraient connaître une contraction de leur PIB lors du premier trimestre de 2012 (-0,4 %), avant de rebondir au deuxième trimestre (+0,9 %).

« L'action des pouvoirs publics restera déterminante, en particulier dans la zone euro, où il faudra aller de l'avant afin de compléter les mesures engagées pour renforcer les cadres budgétaires, mettre en place des pare-feu financiers et engager des réformes structurelles fondamentales », a déclaré M. Padoan.

Pour l'ensemble des pays du G7, la croissance économique attendra 1,9 % au cours de la première moitié de 2012.

Pays du G7

États-Unis

Allemagne

Canada

France

Italie

Japon

Royaume-Uni