Budget Flaherty: les conservateurs serrent la ceinture à l'appareil d'État

Publication: Mis à jour:
BUDGET FLAHERTY CONSERVATEURS
Le ministre des Finances Jim Flaherty (PC) | PC

OTTAWA - Le gouvernement conservateur sort son arsenal pour serrer la ceinture à l'appareil gouvernemental et revenir à l'équilibre budgétaire dans trois ans, juste à temps pour la prochaine élection générale.

Le gouvernement fédéral désormais majoritaire s'apprête à retrancher 5,2 milliards $ aux dépenses des différents ministères, soit 6,9 pour cent de leur budget, avec des départs de fonctionnaires avoisinant 20 000 postes à terme.

Les travailleurs devront eux aussi faire d'importantes concessions, avec le report de l'âge d'admissibilité aux prestations de la retraite de 65 à 67 ans, un changement attendu avec appréhension par une grande partie de la population.

Avec son budget déposé jeudi, le ministre des Finances Jim Flaherty prétend prendre les moyens pour assurer la prospérité à long terme du pays.

«Nous prendrons des mesures énergiques pour veiller à ce que notre économie crée de bons emplois et qu'elle assure une meilleure qualité de vie à nos enfants et à nos petits enfants», a plaidé le ministre en Chambre.

Dans trois ans, quand les électeurs iront aux urnes pour élire leur prochain gouvernement, le Canada sera revenu à l'équilibre budgétaire.

En effet, à la fin de la présente année financière, le déficit s'élèvera à 24,9 milliards $, puis passera à 21,1 milliards $ en 2012-2013 pour diminuer graduellement afin d'atteindre 1,3 milliard $ en 2014-2015. L'année suivante, le gouvernement engrangera un excédent de 3,4 milliards $.

«Les choix que nous avons faits sont majeurs. Ils sont responsables. De notre point de vue, ils sont certainement nécessaires (...). Mais ils nous placent sur la bonne voie», a expliqué M. Flaherty aux journalistes.

RÉPONDEZ À NOTRE SONDAGE:

Sondage rapide

Quel aspect du budget Flaherty trouvez-vous le plus déplorable?

VOTER

Les dépenses totales, incluant le service de la dette, s'élèveront à 276 milliards $ en 2012-2013, un hausse marginale de 0,11 pour cent.

Le ministre des Finances se base sur les perspectives de croissance moyennes des économistes du pays, qui s'attendent à une hausse du produit intérieur brut (PIB) réel de 2,2 pour cent au premier trimestre de 2012 et de 2,1 pour cent pour le reste de l'année.

Compte tenu de cette croissance modeste, le gouvernement a choisi de prendre les grands moyens pour parvenir à un retour au déficit zéro, ce qui ne se fera pas sans grincements de dents.

«Énormément de décisions difficiles devront être prises pour restreindre les dépenses à ce point, sur une longue période de temps», a confié l'économiste en chef de la Banque TD, Craig Alexander.

Car même si le budget déposé jeudi amène des réponses quant à l'ampleur des restrictions budgétaires qui s'abattront sur l'appareil d'État, bien des questions restent en suspens.

Ainsi, on ignore qui seront les 19 200 fonctionnaires qui partiront, par des mises à pied ou des mises à la retraite. Le budget se contente d'expliquer que la répartition régionale des fonctionnaires fédéraux sera peu affectée, puisque la majorité des coupes se feront dans la région de la capitale fédérale.

On ne sait pas non plus comment les différents ministères parviendront à se plier aux coupes annoncées par le grand argentier.

En chiffres absolus, la Défense nationale verra son budget amputé de 1,1 milliard $ d'ici 2014-2015. Pour la même période, le ministère de la Sécurité publique devra économiser 688 millions $, alors que ceux de la Santé et de l'Agriculture devront couper 310 millions $ chacun.

L'enveloppe accordée à l'aide internationale sera quant à elle diminuée de 378 millions $ d'ici trois ans. La Société Radio-Canada devra de son côté encaisser des coupes s'élevant à pas moins de 10 pour cent pour le même horizon.

Le gouvernement parviendra par ailleurs à économiser des sommes relativement modestes avec des mesures qui frappent l'imagination. Ainsi, le sous noir qui tend à alourdir considérablement le porte-monnaie de tous et chacun, sera graduellement mis hors service dès l'automne prochain, pour une économie annuelle de 11 millions $.

Les conservateurs, fervents monarchistes, accepteront également d'abolir l'exemption d'impôt du gouverneur général. Son salaire sera cependant augmenté pour faire en sorte que la somme nette qui reste dans ses poches demeure inchangée.

Investissements

Le gouvernement s'engage à débourser 1,1 milliard $ sur cinq ans pour soutenir la recherche-développement et met sur pied un fonds de 500 millions $ pour favoriser l'expansion de sociétés innovatrices en démarrage. Un changement d'orientation sera observable, la recherche fondamentale délaissée au profit de l'innovation effectuée dans le secteur privé.

Les troupes de Stephen Harper misent sur les exportations et l'exploitation des ressources naturelles pour assurer la croissance de l'économie dans le futur, croit l'économiste Craig Alexander.

«Le gouvernement souhaite l'accélération des exportations de l'énergie et des ressources à l'étranger», a indiqué l'économiste, ce qui explique en partie pourquoi il annonce dans son budget une révision du processus d'examen environnemental des grands projets, comme la construction de pipelines.

Cette accélération des processus d'analyse est susceptible de provoquer la colère des environnementalistes au pays, tout comme l'abolition de la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

Parmi les autres gagnants de ce budget, la Garde côtière touchera par exemple 5,2 milliards $ au cours de la prochaine décennie pour le renouvellement de sa flotte.

Un nouvelle enveloppe de 275 millions $ sur trois ans sera par ailleurs accordée pour les écoles autochtones, ainsi que 331 millions $ sur deux ans pour améliorer les systèmes d'aqueducs dans les réserves.