NOUVELLES

Au moins 13 morts lors d'une émeute dans une prison du Honduras

29/03/2012 05:11 EDT | Actualisé 29/05/2012 05:12 EDT

TEGUCIGALPA, Honduras - Au moins 13 personnes ont été tuées, jeudi, lors d'une émeute provoquée par des détenus dans une prison du Honduras. Un détenu a été décapité et les autres sont morts dans un incendie déclenché par les émeutiers, selon les autorités.

Des informations contradictoires ont circulé au cours de la journée, les autorités locales et nationales ayant annoncé que jusqu'à 18 détenus avaient été tués. Mais le chef de la police nationale, José Ramirez, a précisé en soirée que seulement 13 corps avaient été transférés à la morgue.

L'émeute survient six semaines après un incendie dans une autre prison du Honduras qui a tué 361 détenus.

Yair Mesa, chef de la police à San Pedro Sula, une ville particulièrement violente du nord du pays, a déclaré que l'émeute était désormais maîtrisée. Les autorités ont rétabli l'ordre sans qu'aucun coup de feu ne soit tiré, a-t-il déclaré par téléphone alors qu'il se trouvait dans la prison.

L'évêque de la ville, Romulo Emiliani, est arrivé à la prison pour agir comme médiateur auprès des détenus.

M. Emiliani a fait écho à l'opinion répandue selon laquelle de telles tragédies sont inévitables dans les prisons surpeuplées du Honduras. La prison de San Pedro Sula est conçue pour loger 800 détenus, mais elle en compte 2400, selon l'évêque.

«Tout le monde sait depuis un certain temps que les autorités n'ont aucun intérêt envers les prisons. Elles sont une bombe à retardement qui continuera à exploser», a-t-il dit.

En 2008, la dernière année pour laquelle des chiffres sont disponibles, les prisons honduriennes logeaient 38 pour cent de plus de détenus que le nombre pour lequel elles ont été conçues, selon l'International Centre for Prison Studies, une organisation établie à Londres.

D'après le chef de la police de la ville, la plupart des victimes sont mortes brûlées ou ont été asphyxiées. Il a cependant précisé que la cause des décès ne pouvait être établie dans l'immédiat parce que les corps sont calcinés.

La tête d'un prisonnier a été coupée et lancée à l'extérieur de la prison durant l'émeute, a-t-il ajouté. On ne sait pas très bien pour l'instant si le corps de ce détenu fait partie de ceux envoyés à la morgue.

Selon le chef des pompiers de la ville, José Danilo Flores, les détenus auraient eux-mêmes éteint l'incendie. Il a précisé que des détenus armés avaient initialement empêché les pompiers d'entrer dans le bâtiment.

San Pedro Sula, où le taux d'homicide est l'un des plus élevés au monde, est considérée comme l'une des villes les plus violentes du Honduras. En 2004, un incendie dans la prison de la ville avait tué 107 détenus.

PLUS:pc