NOUVELLES

Tunisie: le chef du gouvernement suggère des élections générales avant juin 2013

28/03/2012 02:39 EDT | Actualisé 28/05/2012 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Le chef du gouvernement tunisien, l'islamiste Hamadi Jebali, a suggéré mercredi la tenue d'élections générales avant juin 2013, apparemment en réaction aux appels de l'opposition et d'autres personnalités politiques.

Dans une entrevue au quotidien «La Presse» de Tunis, M. Jebali a par ailleurs fait état de la prochaine réactivation de l'Instance supérieure indépendante électorale (ISIE), qui a organisé et supervisé le premier scrutin libre et démocratique en Tunisie ayant abouti à la victoire du parti islamiste Ennahda.

«Il est préférable qu'elles se tiennent le 9 avril (date de la fête des martyrs) ou à la fin du mois de juin (2013) après l'achèvement de l'année scolaire et universitaire», a-t-il proposé.

La date des prochaines élections devra être fixée par l'assemblée nationale constituante après l'achèvement de la rédaction de la nouvelle Constitution, sa principale tâche.

M. Jebali a annoncé la décision de réactiver l'ISIE et «un accord implicite» pour reconduire à sa tête Kamel Jendoubi, ancien président du réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme (REMDH).

Avant les élections du 23 octobre dernier, 11 partis, dont Ennahda, s'étaient entendus pour que le mandat de l'assemblée constituante soit limité à un an après le scrutin, mais aucune date n'a été retenue depuis, suscitant les critiques de l'opposition.

Ces derniers jours, le ministre des Affaires sociales, Khalil Zaouia, dirigeant du parti «Ettakatol», avait évoqué le 20 mars 2013, date anniversaire de l'indépendance de la Tunisie, pour l'organisation des prochaines élections.

On ignore si la prochaine consultation englobera la présidentielle et les législatives ou si elle portera uniquement sur l'élection du prochain Parlement, cette question devant être tranchée par le régime politique pour lequel optera l'assemblée constituante. Le parti Ennahda tient à un régime parlementaire, tandis que d'autres partis disent préférer un régime présidentiel ou semi-présidentiel.

PLUS:pc