St-Pierre rejette la nouvelle charte de la langue française proposée par Curzi

Publication: Mis à jour:
CURZI
Responsable de la loi 101, la ministre Christine St-Pierre. (Photo PC) | CP

QUÉBEC - Responsable de la loi 101, la ministre Christine St-Pierre a défendu, mercredi, le droit des jeunes francophones d'étudier dans les collèges anglophones.

En point de presse à Québec, la ministre de la Culture a opposé une fin de non-recevoir au projet de loi 593, déposé la veille par le député indépendant Pierre Curzi, visant à renforcer la protection du français comme langue d'enseignement, de travail et de commerce.

Aux yeux de Mme St-Pierre, les mesures avancées par le député Curzi alourdiraient la bureaucratie des petites entreprises de moins de 50 employés et entraîneraient des coûts de 7,5 millions $ pour le recrutement d'une centaine d'agents de francisation supplémentaires à l'Office québécois de la langue française (OQLF).

«Ça veut dire alourdir la bureaucratie pour les petits entrepreneurs qui ont plus besoin d'accompagnement que d'alourdissement», a dit la ministre, jugeant préférable d'épargner les petites entreprises des obligations de francisation imposées aux grands employeurs.

En ce qui concerne la langue d'enseignement, la ministre s'oppose avec vigueur à la proposition du député de Borduas d'étendre au niveau collégial les dispositions de la Charte de la langue française.

Après avoir obtenu son diplôme du secondaire en français obligatoire, l'étudiant francophone ou d'origine immigrante a le droit de choisir la langue de son choix, a déclaré la ministre St-Pierre à la sortie d'une réunion du caucus libéral.

«Dans le cas des collèges, notre position reste la même. On pense que rendu à cet âge-là, un étudiant a la maturité pour choisir ce qu'il veut pour lui», a-t-elle fait valoir.

En rejetant le projet de loi du revers de la main, Mme St-Pierre rend la monnaie de sa pièce à l'ancien député péquiste, à qui elle reproche d'avoir fait preuve de «fermeture» il y a deux ans lors du débat sur le projet de loi 103 concernant les «écoles passerelles».

«Dans le cas du projet de loi 103, le député Curzi avait eu une attitude de fermeture, il n'a jamais voulu étudier aucune des propositions que l'on faisait, alors je lui envoie la même réponse pour son projet de loi», a-t-elle admis sans chercher de faux-fuyant.

Le porte-parole du Parti québécois en matière de langue, Yves-François Blanchet, a pour sa part salué la contribution de son ex-collègue Curzi au débat. Il a du même souffle accusé la ministre St-Pierre de s'opposer à toute mesure susceptible de mieux protéger la langue commune.

«Elle dit vouloir protéger et promouvoir la langue française mais elle rejette systématiquement tous les gestes qui peuvent être posés en ce sens», a-t-il soutenu.

D'après le député de Drummond, Mme St-Pierre incarne parfaitement le complexe que nourrit le gouvernement libéral envers le français.

«Elle pense que nous devrions être contents qu'il y ait 51 pour cent des immigrants qui passent au français. On est supposé être content de ça? On n'est pas une nation à 51 pour cent française, on est une nation française, point», a-t-il dit.

Quant au coût présumé d'un resserrement de la loi 101, le député rétorque que la défense de la langue française vaut bien «quelques millions» de dollars.

«Stornoway Diamond Corporation a droit à 300 millions $ d'argent public et la langue française n'aurait pas droit à 7 millions $? Si la langue française au Québec ne vaut pas quelques millions, j'ai peine à m'expliquer la dilapidation à coup de centaines de millions dans le soi-disant Plan Nord», a-t-il soulevé.

Sur le web

Curzi propose une nouvelle Charte de la langue française

La loi 101 selon Pierre Curzi

Pierre Curzi: j'aurais voulu être un... politicien!

Pierre Curzi renonce à la politique

Pierre Curzi ne sera pas candidat aux prochaines élections

Curzi réconcilié avec le PQ, dit Marois

Langue française: le PQ presse le gouvernement d'agir

Bilan de Pierre Curzi

Le PQ accueillera tous ses dissidents

Carole Lavallée pressentie par le PQ dans Borduas