NOUVELLES

Fuite de gaz en mer du Nord: Total affirme qu'il n'y a pas de risque d'explosion

28/03/2012 09:58 EDT | Actualisé 28/05/2012 05:12 EDT

PARIS - Le groupe Total a déclaré mercredi que la fuite de gaz inflammable survenue sur l'une de ses plateformes en mer du Nord persistait mais que la torchère encore allumée ne présentait pas de risque d'explosion étant donnée la direction actuelle du vent.

Le géant pétrolier français, qui a vu son action perdre 2,7 pour cent à la bourse mercredi matin, évalue les possiblités d'éteindre la torchère si nécessaire.

Total précise qu'un avion de surveillance a confirmé la présence d'irisations à proximité de la plateforme d'Elgin, située à environ 240 kilomètres à l'est d'Aberdeen, au large de l'est de l'Écosse.

«Il s'agit de boues de forage et/ou de produits légers associés au gaz représentant un volume actuellement estimé à environ 30m3», déclare le groupe dans un communiqué, ajoutant que «les premières indications montrent qu'il n'y pas d'impact significatif sur l'environnement et que l'utilisation de dispersant n'est pas nécessaire à ce stade».

Le condensat de gaz est plus léger que le pétrole mais dangereux. Les vols de surveillance se poursuivaient.

Un porte-parole de Total, Jacques Emmanuel Saulnier, a décrit la situation comme étant grave mais stable sur France-Info, assurant que la «priorité absolue» du groupe était de colmater la fuite et de limiter les dommages environnementaux.

La fuite, qui se serait produite lors d'une intervention sur un puits sous-marin du gisement d'Elgin, a été découverte ce week-end. Les 238 employés du site ont été évacués lundi et les garde-côtes ont établi un périmètre de sécurité autour de la plateforme, interdisant à bateaux et avions d'y pénétrer. Shell a également évacué une partie de son personnel de deux plateformes proches de celle d'Elgin.

En 1988, une gigantesque fuite de condensats avait causé en 1988 l'une des pires catastrophes de l'histoire de l'exploitation pétrolière en Grande-Bretagne: la mort de 167 personnes dans l'explosion de la plateforme Piper Alpha.

Total précise qu'Elgin et Franklin sont deux gisements de gaz à condensats à haute pression/haute température qui ont produit environ 60 000 barils équivalent pétrole (BEP) par jour en 2011.

Le complexe Elgin/Franklin comprend deux plateformes puits, l'une sur le gisement d'Elgin, l'autre sur le gisement de Franklin, ainsi qu'une plateforme de production et d'habitation (PUQ) située sur Elgin. Elle est reliée à la plateforme puits d'Elgin par une passerelle de 90 mètres de long.

Les hydrocarbures produits sur les champs d'Elgin, Franklin et West Franklin sont acheminés et traités sur la plateforme PUQ. Les condensats sont expédiés vers Kinneil par le système de transport Forties. Le gaz est expédié vers Bacton, dans le comté de Norfolk (est de l'Angleterre), via le gazoduc SEAL (Shearwater Elgin Area Line), explique encore le groupe sur son site Web.

PLUS:pc