NOUVELLES

Affaire DSK-Diallo: première audience au civil devant un tribunal de New York

28/03/2012 04:29 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - La première audience de la procédure au civil intentée par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn s'est ouverte mercredi après-midi devant un tribunal du Bronx, à New York.

L'un des avocats de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international, Amit P. Mehta, a demandé au juge Douglas McKeon l'abandon des poursuites pour agression sexuelle, faisant valoir que M. Strauss-Kahn était protégé par une immunité diplomatique en tant que dirigeant du FMI au moment des faits, en mai 2011.

«L'abandon des poursuites, votre honneur, peut sembler injuste à certains, mais telle est l'issue que la loi impose», a plaidé Me Metha. La justice, a-t-il noté, a déjà classé des affaires semblables à celles-ci «sur la base de l'immunité».

Les avocats de Nafissatou Diallo, 33 ans, contestent cet argument, qu'ils jugent irrecevable et hors sujet.

Ni Nafissatou Diallo ni Dominique Strauss-Kahn n'étaient présents à l'audience. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pourraient s'écouler avant que le juge McKeon ne rende une décision sur la tenue d'un éventuel procès, que Nafissatou Diallo attend avec impatience, selon ses avocats.

Les accusations criminelles pesant contre Dominique Strauss-Kahn ont été abandonnées le 23 août 2011 par le bureau du procureur de Manhattan en raison des doutes sur la fiabilité de son accusatrice. L'ancien ministre français de l'Économie a toujours clamé son innocence et plaidé non coupable.

En France, il a été mis en examen lundi soir à Lille pour «proxénétisme aggravé en bande organisée» par les juges d'instruction en charge de l'affaire dite du Carlton. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de parler aux médias.

Ses avocats ont dénoncé mardi «un dossier vide» et «un détournement de la loi» par les juges d'instruction. Ils comptent demander la nullité de la mise en examen et faire appel du contrôle judiciaire de leur client.

PLUS:pc