La fragile économie mondiale préoccupe au Sommet sur la sécurité nucléaire

Sommet Securite Seoul

Première Publication: 27/03/2012 04:43 Mis à jour: 29/03/2012 14:58

SÉOUL, Corée du Sud - L'économie et le commerce international ont pris ce mardi une place importante à Séoul, en Corée du Sud, lors des dernières heures du Sommet sur la sécurité nucléaire.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a eu des entretiens bilatéraux à ce sujet avec les leaders de l'Inde et de l'Italie. Il a ensuite signalé qu'il lui paraissait clair que la fragilité de l'économie mondiale demeurait la principale préoccupation des dirigeants mondiaux.

D'autre part, le premier ministre a répété l'engagement du Canada dans des accords internationaux de lutte au terroriste nucléaire, incluant un investissement supplémentaire de 367 millions $ dans le Programme de partenariat mondial, lancé en 2002 par les pays membres du G8.

Même si la question de la Corée du Nord ne figure pas au programme du sommet, le président des États-Unis, Barack Obama, l’a remise à l’avant-scène mardi en mettant au défi les leaders du pays isolé d’avoir le courage de travailler à rétablir la paix.<

Sa demande est intervenue peu après que Séoul eut menacé d’abattre une fusée nord-coréenne transportant un satellite si jamais l’appareil pénétrait dans l’espace aérien de la Corée du Sud.<

Le lancement de cette fusée, qui inquiète aussi le Japon, a été décrit par les États-Unis comme un test mené par Pyongyang pour mesurer la technologie nécessaire afin d’assembler des missiles balistiques. Il s’agit d’une allégation que le régime de Kim Jon-un réfute.<

La Corée du Nord a déjà affirmé, dans le passé, que ce type de test était inoffensif et que l’objectif poursuivi était simplement de mettre des satellites en orbite.

Alors que les travaux du Sommet s'achèvent, le président Obama a estimé que la rencontre des dirigeants des 53 pays avait permis de faire des progrès mais que beaucoup de travail restait à faire.

-

SUIVRE LE Québec

Publié par PC  |