NOUVELLES

Le Soudan accusé d'attaquer des champs pétrolifères du Soudan du Sud

27/03/2012 11:15 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

JUBA, Soudan du Sud - Le Soudan du Sud a accusé mardi le Soudan d'avoir bombardé des champs pétrolifères sur son territoire, au lendemain d'un accrochage à la frontière qui a remis en cause la tenue d'un sommet présidentiel entre les deux pays.

L'armée soudanaise a largué au moins trois bombes sur des champs pétrolifères situés au nord de la localité de Bentiu, a déclaré mardi le ministre de l'Information de l'État sud-soudanais de Unity, Gideon Gatpan. Des équipes ont été envoyées sur place pour évaluer les dégâts, a-t-il précisé.

Lundi, un accrochage dans la ville frontalière disputée de Jau a conduit Karthoum à annuler le déplacement que devait effectuer le président soudanais Omar el-Béchir la semaine prochaine pour rencontrer son homologue sud-soudanais Salva Kiir.

L'annulation du sommet marque un coup dur dans les négociations entre les deux pays, alors que des contentieux bilatéraux continuent d'empoisonner leurs relations depuis que le Soudan du Sud a accédé à l'indépendance, en juillet. Les principaux points de friction concernent la délimitation de la frontière et le partage de la manne pétrolière.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a dit craindre mardi par la sécurité de 16 000 réfugiés qui ont fui les monts Nouba, au Soudan, pour gagner le Soudan du Sud après des accrochages à la frontière survenus ces derniers jours.

Le HCR veut déplacer les réfugiés, actuellement installés dans la localité de Yida, pour les éloigner de la frontière, a précisé Melissa Fleming, porte-parole de l'agence onusienne. Leur camp n'est pas à l'abri de tirs d'obus, a-t-elle expliqué devant la presse à Genève.

Plus de 105 000 Soudanais se sont réfugiés au Soudan du Sud et 30 000 autres en Éthiopie.

PLUS:pc