NOUVELLES

L'accessibilité des salles de cinéma aux handicapés sera au menu d'un festival

27/03/2012 09:39 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

PARIS - La première édition du festival de cinéma «Un autre regard» se tiendra de jeudi à samedi à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en France. Cet événement permettra de découvrir des films ayant un lien avec les problèmes de handicap, mais aussi de réfléchir, notamment à l'occasion d'un colloque, aux moyens de faciliter l'accessibilité des handicapés aux salles de cinéma du pays.

Dans la foulée du succès d'«Intouchables» (plus de 19 millions d'entrées en France), dans lequel François Cluzet interprète un riche tétraplégique, le festival proposera des courts et des longs métrages, parfois inédits en France, évoquant d'une manière ou d'une autre le handicap, de «Hasta la vista» de Geoffrey Enthoven à «The Hammer» d'Oren Kaplan, en passant par «Le discours du roi» de Tom Hooper et «L'orpheline avec en plus un bras en moins» de Jacques Richard. Un Prix du public sera décerné à un long métrage et à un court métrage de la sélection.

La directrice du festival, Diane Maroger, est réalisatrice de documentaires et monteuse. Elle souffre de la maladie des os de verre, comme Michel Petrucciani, décédé en 1999. Le documentaire réalisé par Michael Radford sur le pianiste de jazz sera d'ailleurs projeté pendant la manifestation.

«Des millions de personnes sont concernées par le handicap en France. On estime notamment qu'il y a six millions de malentendants et de sourds», a confié à l'Associated Press Diane Maroger, en soulignant l'importance d'équiper les salles de cinéma pour permettre aux personnes handicapées d'en profiter.

Elle note toutefois que depuis la loi Handicap de 2005, la situation a progressé, mais surtout à la télévision. «Il y a beaucoup plus d'offres audiodécrites» à la télévision, note-t-elle, en citant notamment la chaîne Arte. «Pour le cinéma, ça ne suit pas aussi vite.» «Le ministère de la Culture a annoncé qu'il y aurait un budget d'un million d'euros par an jusqu'en 2015 pour l'équipement des salles», ajoute-t-elle, en soulignant que dans trois ans, elles devraient normalement être accessibles aux handicapés.

L'objectif est donc de permettre l'accès aux fauteuils roulants, d'avoir des copies sous-titrées pour les malentendants et des casques avec des équipements HF pour les films projetés en audiodescription.

Des acteurs et des réalisateurs sont attendus pendant le festival «Un autre regard», notamment Anémone, qui interprète une femme en fauteuil roulant dans le court métrage «Bocuse», et Nils Tavernier, qui viendra parler de son prochain long métrage de fiction mettant en scène un adolescent handicapé et son père.

Les films seront présentés en audiodescription grâce à des casques HF et avec des sous-titrages en VSM (version sourds et malentendants) ou en VOST (sous-titres ordinaires). Et bien sûr, les deux salles de cinéma où se déroulera le festival sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, notamment en fauteuil roulant.

Les projections seront suivies par des débats avec les réalisateurs invités, traduits en langue des signes. À noter toutefois que tous les publics sont invités à venir, handicapés ou non, et cela gratuitement.

La comédienne Sophie Vouzelaud, sacrée première dauphine de Miss France en 2007, est sourde et utilise la langue des signes dans sa vie quotidienne. Elle sera la marraine du festival organisé à l'initiative de «Retour d'image» (une association créée en 2003 dont l'objectif initial est de réfléchir aux enjeux de la représentation des personnes handicapées), en partenariat notamment avec les ministères des Solidarités et de la Culture.

Sur le Net: www.festivalunautreregard.com

PLUS:pc