NOUVELLES

Fabrice Lassonde est heureux d'aboutir en NASL avec le FC Edmonton

27/03/2012 11:28 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - À la fin d'une longue journée où il a signé un contrat d'une saison avec le FC Edmonton, participé à l'entraînement de l'équipe albertaine de la NASL et pris part à une séance de photos d'avant-saison, lundi, le Québécois Fabrice Lassonde était tout à fait heureux de son sort. Et ce, même s'il est désormais bien loin de son plan de carrière initial, soit de mener une carrière de footballeur en Allemagne.

Car après avoir passé pratiquement tout l'hiver à voir un scénario européen après l'autre lui échapper, le défenseur de 23 ans était bien satisfait de s'être fait une niche quelque part.

«Ça fait du bien de recommencer à jouer au soccer et d'être dans un environnement professionnel, a déclaré Lassonde lors d'un entretien téléphonique depuis Edmonton. Si je peux jouer dans cette ligue et aller chercher beaucoup de minutes, ça va me remettre dans le rythme. Même si tout le monde rêve de jouer en Espagne ou en Angleterre, je pense que pour moi, en ce moment, c'est une très bonne option.»

Après avoir disputé deux saisons au sein de l'équipe-réserve du club allemand FC Ingolstadt 04, Lassonde s'est retrouvé sans club l'été dernier. Il a eu droit à différents essais en Allemagne à l'automne, puis encore en janvier. Il s'est toutefois blessé à l'aine lors de son ultime essai, le 27 janvier, ce qui a mis fin à ses espoirs de trouver un poste en vue de la deuxième partie du championnat.

Pour poursuivre son rêve européen, il aurait fallu que l'ancien joueur des Cosmos de Granby et des Lakers du Lac St-Louis attende jusqu'à la fin de l'été 2012. Ce qui signifie qu'il serait resté inactif pendant plus d'un an. Ç'aurait été suicidaire sur le plan professionnel. Lassonde s'est donc tourné vers l'Amérique du Nord, là où la saison se déroule à l'envers du calendrier européen. Mais là encore, ce n'était pas évident de trouver un poste puisque les camps d'entraînement des équipes de la deuxième division nord-américaine allaient bientôt commencer. Il fallait qu'il guérisse comme prévu, sinon ç'aurait été foutu de ce côté-là aussi.

«Je ne vais pas mentir. Quand je suis revenu d'Allemagne, il y a eu pas mal de réflexions qui me sont passées par la tête. Je me suis posé des questions, comme tout athlète professionnel, j'imagine, qui connaît des moments difficiles, a reconnu Lassonde. Quand l'option d'Edmonton s'est présentée, je n'ai pas tellement hésité.»

L'option albertaine s'est présentée rapidement après que Lassonde eut communiqué avec un agent plus familier avec le contexte nord-américain, le Montréalais Jean Russo. Celui qui compte notamment Hassoun Camara comme client chez l'Impact était déjà le représentant de quelques joueurs du FC Edmonton.

«On s'est parlé le mercredi (29 février) et le vendredi, (Russo) m'appelait pour me dire que je partais le lundi matin à Phoenix en vue du début au camp d'entraînement de l'équipe, a raconté Lassonde. J'ai d'abord été à l'essai mais une semaine et demie plus tard, après quelques matchs préparatoires, ils m'ont déjà dit qu'ils allaient me garder même si ça prendrait quelques jours de plus pour mettre ça sur papier.»

Défenseur polyvalent

Lassonde a prouvé qu'il serait utile au FC Edmonton en montrant qu'il peut jouer à titre de défenseur latéral gauche même s'il est droitier.

«Et depuis une semaine je m'entraîne des deux côtés, alors je pense pouvoir être un bon atout pour l'équipe», a affirmé Lassonde, qui a dit aimer le style préconisé par l'entraîneur-chef Harry Sinkgraven, un Néerlandais. Ce que les entraîneurs font à l'entraînement a beaucoup de sens. Ils essaient de nous faire jouer au ballon. Ce n'est pas tellement différent de ce que je voyais en Allemagne.

«C'est un très bon niveau. Si je peux joueur des matchs de niveau professionnel ici, après avoir joué avec une équipe-réserve en Allemagne, c'est un pas en avant pour moi, a-t-il ajouté. C'est sûr que je ne vais jamais fermer la porte à l'Europe. Mais pour l'instant je suis ici, je veux disputer le plus de matchs possible et gagner le championnat. Je n'ai pas déjà commencé à penser à ce qui va venir après. Idéalement, j'aimerais rester ici le plus longtemps possible.»

Le seul rêve à long terme que se permet Lassonde pour l'instant, c'est de participer aux Jeux olympiques de Londres. Il fait toujours partie des joueurs admissibles à l'équipe canadienne U-23. Il espère que celle-ci réussira à se qualifier pour les JO, ce week-end, et qu'il sera invité au camp préparatoire.

Lassonde aimerait aussi que la NASL vienne s'implanter dans l'Est du Canada pour combler le départ de l'Impact. Ottawa est sur les rangs mais le dossier traîne.

«Ça permettrait à ma famille de venir me voir jouer. Montréal n'est plus là, alors il n'y a pas beaucoup d'équipes près de chez nous», a-t-il lancé en faisant allusion au fait que les équipes de la NASL qui sont situées les plus près du Québec à l'heure actuelle sont... les RailHawks de la Caroline et les Silverbacks d'Atlanta.

Le FC Edmonton disputera son premier match du calendrier le samedi 7 avril, à Fort Lauderdale, face aux Strikers.

PLUS:pc