NOUVELLES

Calgary sera le principal enjeu des élections provinciales en Alberta

27/03/2012 09:56 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

CALGARY - Les deux candidates-vedettes de la campagne électorale en Alberta ont déjà clairement fait savoir que la capitale de l'industrie pétrolière de la province n'avait pas plus ni moins d'importance que toute autre région.

Cela n'a toutefois pas empêché Danielle Smith, chef du parti Wildrose, et Alison Redford, première ministre sortante et leader du Parti progressiste-conservateur, de se dépêcher à aller tapisser Calgary de pancartes électorales dès la dissolution de l'Assemblée législative, à Edmonton, dans le nord de la province.

Les troupes de Mme Redford, qui se présente dans Calgary-Elbow, avaient d'ailleurs lancé l'offensive bien avant le déclenchement des élections du 23 avril en diffusant dans le marché de Calgary une série d'annonces radio attaquant Mme Smith.

Mardi, la chef conservatrice a déclaré que toutes les circonscriptions comptaient et que son parti ne négligerait aucun vote, qu'il provienne de Calgary ou d'Edmonton.

Sa rivale, qui est candidate dans Highwood, juste au sud de Calgary, a tenu des propos similaires, soutenant que le parti Wildrose voulait gagner un nombre significatif de sièges dans chaque région et que son but était de former un gouvernement majoritaire.

Mais avec son flot incessant d'argent provenant du pétrole et son centre-ville rempli de sièges sociaux logés dans de hauts gratte-ciels, Calgary est sans contredit l'enjeu principal de la présente campagne. La ville abrite 25 des 87 circonscriptions de la province, soit plus que n'importe quelle autre région.

Alors que, dans les dernières décennies, Edmonton a tour à tour accordé son soutien aux conservateurs, aux libéraux et aux néo-démocrates de la province, Calgary est restée fidèle aux conservateurs durant 11 élections consécutives.

En fait, la ville est un château-fort du Parti progressiste-conservateur depuis la première fois qu'il a pris le pouvoir en 1971.

Toutes ces victoires écrasantes ont cependant été remportées contre des partis de centre-gauche. Cette fois-ci, il y a un nouvel adversaire, un qui est encore plus à droite que les conservateurs sur l'échiquier politique.

Le parti Wildrose a fait des gains en promettant de n'instaurer aucune nouvelle taxe, d'équilibrer le budget, d'éliminer le gaspillage au sein du gouvernement et, surtout, de ne pas toucher aux redevances versées par l'industrie pétrolière à la province.

Selon les plus récents sondages, le Parti progressiste-conservateur est toujours en tête des intentions de vote mais il est talonné par le parti Wildrose, qui gagne rapidement en popularité.

PLUS:pc