NOUVELLES

Bombardier s'apprête à faire le plein de contrats à New York et à San Francisco

27/03/2012 03:34 EDT | Actualisé 27/05/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La division ferroviaire de Bombardier (TSX:BBD.B) s'apprête à faire le plein de contrats aux États-Unis, mais les employés de l'usine de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, n'en profiteront pas vraiment.

La Metropolitan Transportation Authority (MTA) de New York vient d'annoncer que Bombardier a battu un consortium formé du français Alstom et du japonais Kawasaki pour une commande de 300 voitures de métro, d'une valeur de 599,5 millions $ US.

Les nouvelles rames remplaceront les voitures R32 de la ligne C, qui datent du début des années 1960. Ce sont les plus vieilles de tout le réseau new-yorkais.

Le contrat doit être approuvé mercredi par le conseil d'administration de la MTA. Les nouvelles voitures, qui seront assemblées à l'usine de Bombardier à Plattsburgh, dans le nord de l'État de New York, doivent être livrées en 2015.

À cette commande pourrait s'en ajouter une autre encore plus gigantesque. Le Bay Area Rapid Transit (BART) de San Francisco a récemment annoncé que Bombardier était le soumissionnaire privilégié pour la construction de 775 voitures au coût de plus de 3 milliards $ US. Alstom et le coréen Hyundai Rotem pourraient toutefois contester la sélection de Bombardier.

Pour les employés de Bombardier Transport à La Pocatière, les retombées seront bien minces. Marc Laforge, porte-parole de l'entreprise, a rappelé mardi au cours d'un entretien téléphonique que les exigences de «contenu local» font en sorte que l'assemblage de véhicules de transport en commun doit être effectué en sol américain.

«On ne se fera pas de cachettes: si on n'avait pas cette usine-là à Plattsburgh, c'est clair qu'on n'aurait pas eu le contrat de la MTA», a-t-il déclaré. Même chose pour celui de San Francisco.

Les dix premières voitures destinées au métro de New York, qui serviront notamment aux essais, seront cependant assemblées à La Pocatière.

«C'est quand même une cinquantaine d'hommes pendant sept mois qui vont travailler sur ces dix voitures-là dans un creux de production entre (le contrat de) la Société de transport de Montréal et les autres projets qu'on pourrait avoir à La Pocatière», a précisé M. Laforge.

Les ingénieurs qui travaillent au centre de conception et de design de Bombardier Transport à Saint-Bruno, en Montérégie, seront aussi mis à contribution pour les deux contrats. On pourrait même procéder à des embauches, a précisé Marc Laforge.

Bombardier Transport avait pris beaucoup d'expansion au début des années 1980 en décrochant un contrat d'un milliard de dollars pour 825 voitures du métro de New York. En 1997, le constructeur a obtenu un autre contrat de la MTA pour plus d'un millier de voitures.

Bombardier a récemment connu des problèmes avec certaines pièces fabriquées en Chine dans le cadre de la commande d'un milliard de dollars US pour 706 voitures placée par la Chicago Transit Authority. L'entreprise a changé de fournisseur et les livraisons doivent reprendre au cours des prochains mois.

L'action de Bombardier a perdu 2,5 pour cent mardi pour clôturer à 4,23 $, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc