Huffpost Canada Quebec qc

Constitution: 71% des Québécois veulent que Québec fasse une proposition

Publication: Mis à jour:
QUEBEC
Près des trois quarts des Québécois pensent que le gouvernement du Québec devrait prendre l'initiative de proposer un projet de modification constitutionnelle (Alamy° | alamy

MONTRÉAL - Ceux qui disent que personne au Québec et au Canada ne veut entendre parler de constitution seront confondus: un sondage révèle que près des trois quarts des Québécois pensent que le gouvernement du Québec devrait prendre l'initiative de proposer un projet de modification constitutionnelle.

Plus précisément, 71 pour cent des Québécois pensent que le gouvernement du Québec devrait faire quelque chose pour corriger le fait que le Québec n'ait pas signé la Constitution de 1982 et devrait trouver un moyen de soumettre un tel projet de modification constitutionnelle.

Même dans les autres provinces canadiennes, une personne sur deux, soit 49,7 pour cent, approuve l'idée que Québec prenne l'initiative de soumettre un projet de modification constitutionnelle «acceptable et satisfaisant pour une majorité de Québécois».

Quoi qu'en disent les dirigeants politiques d'aujourd'hui, il existe donc bel et bien un appétit pour le dossier constitutionnel au Québec et, dans une moindre mesure, au Canada.

«Il y a encore un intérêt au Québec pour la question de la réforme constitutionnelle. Ce qui est clair, par ailleurs, c'est que le rapatriement a laissé des cicatrices qui, pour un bon nombre de Québécois, sont encore vives», conclut Benoît Pelletier, professeur à la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa et lui-même ancien ministre libéral des Affaires intergouvernementales canadiennes à Québec.

«Cependant, tout leader politique va devoir mesurer et mesure sans aucun doute — et c'est ce qui explique la tiédeur de certains politiciens par rapport à cette question — les conséquences désastreuses qu'entraînerait un échec de la reprise des pourparlers constitutionnels», avance-t-il. Et c'est ce qui, selon lui, empêche les dirigeants politiques de tenter quelque chose: la peur de l'échec s'ils essaient une nouvelle fois et que ça ne fonctionne toujours pas, comme ce fut le cas pour les accords de Meech et Charlottetown.

Pratiquement la même proportion de Québécois, soit 69 pour cent, pense que le Canada devrait donner plus de pouvoirs à l'Assemblée nationale du Québec.

Tout à l'opposé, 79 pour cent des Canadiens des autres provinces s'opposent à cette idée de donner plus de pouvoirs au Québec.

Les sondeurs ont voulu pousser plus loin, allant jusqu'à demander aux Canadiens ce que devrait faire le Québec s'il était impossible de changer la Constitution pour satisfaire les Québécois. Et 44,5 pour cent des Québécois souhaiteraient alors que le Québec «se retire de la fédération canadienne pour devenir un pays indépendant». Même 18 pour cent des Canadiens des autres provinces tireraient cette conclusion.

Toutefois, 38,7 pour cent des Québécois et 63,1 pour cent des Canadiens pensent que le Québec devrait tout de même rester dans la fédération canadienne.

Ces données ressortent d'un sondage Léger marketing réalisé auprès de 2039 Canadiens, dont 1002 Québécois, du 5 au 12 mars. Il comporte une marge d'erreur de 2,2 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Le sondage a été réalisé pour le compte de l'Association internationale des études québécoises, dans le cadre des événements entourant les 30 ans du rapatriement unilatéral de la Constitution en 1982. Un colloque sur la question se tiendra d'ailleurs du 12 au 14 avril, à Montréal, et le public y est convié.

Sur le web

Sondage : Oui à la Constitution québécoise - L'actualité

Débat constitutionnel au Canada - Wikipédia

Faire passer la nation réelle avant le pays rêvé

Le Canada n'est pas M. Harper, rassure Bob Rae

Point chaud - L'indépendance et rien d'autre