NOUVELLES

Les Albertains iront voter le 23 avril, et le Wildrose menace les bleus

26/03/2012 01:54 EDT | Actualisé 26/05/2012 05:12 EDT

EDMONTON - La première ministre de l'Alberta, Alison Redford, convoque les électeurs de la province aux urnes le 23 avril.

Mme Redford, devenue première ministre lorsqu'elle a été élue à la tête du Parti progressiste-conservateur albertain en octobre 2011, sera à la recherche d'un premier mandat populaire, tandis que sa formation tentera de former un 12e gouvernement majoritaire consécutif depuis 1971.

La lutte s'annonce toutefois ardue. Et le principal rival des conservateurs est à droite, au parti Wildrose de la chef Danielle Smith. Cette formation gagne en popularité depuis quelques années, notamment en s'appropriant des thèmes aussi traditionnellement conservateurs que les budgets équilibrés et les droits des propriétaires terriens.

Le parti Wildrose accuse les conservateurs de dépenser sans compter et d'avoir accumulé des déficits budgétaires de plusieurs milliards de dollars, même si le baril de pétrole vaut environ 100 $ US.

Mme Redford a prévenu qu'un gouvernement Wildrose serait catastrophique pour les écoles et les hôpitaux. L'équipe de Mme Redford a toutefois été récemment ébranlée par des accusations de favoritisme formulées à l'endroit de son représentant commercial en Asie, et par des allégations voulant que des politiciens soient rémunérés pour participer à un comité qui ne se réunit jamais.

À la gauche de Mme Redford, le Parti libéral de Raj Sherman ne compte actuellement que sur 60 candidats, même s'il promet d'être représenté dans chaque circonscription aux prochaines élections. Le Nouveau Parti démocratique de Brian Mason espère quant à lui profiter de la vague de popularité qui a propulsé le NPD lors de la dernière élection fédérale.

Au moment de la dissolution de l'Assemblée législative, les conservateurs détenaient 67 des 83 sièges, contre huit pour les libéraux, quatre pour le Wildrose, deux pour le NPD et un pour le parti Alberta; on comptait aussi un député indépendant. Quatre-vingt-sept sièges seront à pourvoir cette fois-ci, en raison d'un redécoupage de la carte électorale.

PLUS:pc