NOUVELLES

Israël cesse la coopération avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU

26/03/2012 07:22 EDT | Actualisé 26/05/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Israël a rompu lundi ses liens avec le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ce qui empêcherait une équipe onusienne d'enquêter en Israël et dans les territoires palestiniens sur les colonies juives.

C'est le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor qui a annoncé la décision du chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman.

La semaine dernière, le Conseil de l'ONU a décidé d'envoyer une équipe chargée d'enquêter sur la construction de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dans le cadre d'une résolution qui condamne la colonisation.

L'État hébreu l'accuse d'être partial parce qu'il se concentrerait de manière disproportionnée sur la politique et les actions israéliennes envers les Palestiniens, tout en ignorant les violations des droits de l'homme dans des pays arabes et en Iran.

«Cela signifie que nous ne travaillerons pas avec eux. Nous ne les laisserons pas mener tout type de mission pour le Conseil des droits de l'homme, incluant cette enquête», a dit le porte-parole israélien Yigal Palmor.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad Malki, a dit ne pas être surpris de la décision d'Israël.

«Israël n'a jamais coopéré avec les missions d'information envoyées et mises en place par les Nations unies pour enquêter les atrocités israéliennes contre les Palestiniens», a-t-il soutenu après avoir rencontré son homologue danois à Copenhage.

La plupart des membres de la communauté internationale voit la construction de colonies dans des territoires convoités par les Palestiniens pour un futur État comme un obstacle majeur aux efforts de paix, et ceux-ci ont fait pression sur Israël pour un gel des constructions.

Depuis sa création en 2006, le Conseil établi à Genève s'est surtout attardé sur les abus allégués d'Israël. Après que les États-Unis eurent joint l'organisation en 2009, le Conseil s'est de plus en plus penché sur les problèmes des droits de la personne dans d'autres pays. L'année dernière, il a désigné un enquêteur spécial pour l'Iran, tenu des rencontres d'urgence sur la Libye et la Syrie et déployé des équipes d'experts pour enquêter sur les agissements dans ces pays.

Le même jour du lancement d'une enquête sur les colonies, le Conseil de l'ONU a approuvé quatre autres résolutions critiques d'Israël.

Le Conseil devrait continuer à adopter des résolutions sur Israël tant que l'occupation de territoires palestiniens persistera, a fait valoir la semaine dernière la présidente, la diplomate uruguayenne Laura Dupuy Lasserre.

PLUS:pc