Le Canadien doit continuer de bâtir, malgré les changements à venir

Publication: Mis à jour:
CANADIENS
Le visage du Canadien risque de changer considérablement d'ici l'automne prochain (Getty/archives) | NHLI via Getty Images

BROSSARD, Qc - Le visage du Canadien risque de changer considérablement d'ici l'automne prochain. Reste que les joueurs du club montréalais vont quand même essayer, au cours des deux prochaines semaines, de bâtir quelque chose en vue de la prochaine saison.

C'est ainsi que Mathieu Darche va tenter de revenir au jeu afin de montrer qu'il est encore en parfaite santé, lui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet, à l'instar de trois autres membres actuels du CH — Travis Moen, Brad Staubitz et Chris Campoli.

Aaron Palushaj, lui, tentera de montrer qu'il mérite de continuer à jouer dans la LNH, que ce soit à Montréal ou ailleurs. Il sera admissible à l'autonomie avec compensation, cet été, à l'instar d'une douzaine d'autres membres de l'organisation tricolore.

Des joueurs comme Carey Price, P.K. Subban pourraient signer de nouveaux contrats avant de déclarer leur autonomie partielle le 1er juillet, tandis que Lars Eller, Ryan White, Alexei Emelin et Raphael Diaz risquent au minimum de recevoir une offre qualificative. Par contre, des joueurs comme Palushaj, Petteri Nokelainen, Mike Blunden et Blake Geoffrion ont peut-être encore des preuves à faire. Tout comme Andreas Engqvist, Olivier Fortier et Frédéric St-Denis, qui ont surtout évolué dans la Ligue américaine cet hiver.

David Desharnais, dont le contrat ne se terminera qu'à l'issue de la saison 2012-2013, tentera quant à lui de continuer à montrer qu'il mérite de jouer un rôle de premier plan au sein de l'équipe.

Reste qu'il n'est pas évident de penser de manière constructive dans un contexte où la moitié des joueurs pourrait en théorie changer de camp — sans oublier que l'entraîneur-chef et le directeur général pourraient être relevés de leurs fonctions à court terme. C'est pourtant ce que tout ce beau monde tentera de faire d'ici le tout dernier match du calendrier régulier, le samedi 7 avril prochain.

«Ce sont des choses qui sont hors de notre contrôle, a dit Palushaj des changements qui vont inévitablement survenir. Chacun ne peut faire qu'une chose dans ce contexte, soit de se préparer pour l'an prochain. Dans mon cas, j'ai une belle opportunité de montrer que je mérite de rester ici l'an prochain. Peu importe le nombre de matchs que je vais disputer d'ici la fin, je vais tenter de les jouer du mieux que je peux, au meilleur de mes habiletés.»

Le CH ayant déjà disputé 76 de ses 82 matchs, les dés sont sans doute déjà jetés en ce qui concerne plusieurs des joueurs de l'équipe. Ce ne sont pas les six derniers matchs qui risquent de faire une grande différence dans l'évaluation qu'on fera d'eux — à la condition qu'ils ne baissent pas les bras, par contre.

«Si un joueur croit que tout est déjà décidé, il doit au moins en faire une question de fierté, a déclaré Palushaj à ce sujet. Mais je persiste à croire que ce que nous ferons dans les prochains jours va avoir un impact sur la saison prochaine. Tout le monde est dans le même bateau. Tout le monde joue pour un poste, que ce soit pour ici ou ailleurs.»

«On ne se racontera pas de blagues, on est en dernière place alors c'est sûr qu'il va y avoir des changements, a souligné Darche. C'est la nature du sport. C'est encore le temps d'évaluer les gars. Je ne pense pas qu'il y ait personne qui ait lâché, mais (...) tu veux montrer que tu as du caractère. Tu ne veux pas être reconnu comme un gars qui s'en moque, qui se traîne les pieds une fois que son équipe est éliminée. Un joueur est sans cesse évalué, que ce soit lors du premier ou du dernier match de la saison.»

La même approche

«En gros, l'approche va rester la même, a indiqué Randy Cunneyworth. C'est sûr que nous pourrions encore tester certaines choses mais les auditions sont quand même en cours depuis un petit moment. Une partie de notre travail consiste à donner aux joueurs des responsabilités qui leur conviennent et c'est ensuite à eux de répondre à l'appel.

«Nous essayons quand même de gagner des matchs, de disputer un genre de hockey qui améliore nos chances de l'emporter, a ajouté l'entraîneur du Tricolore. Il faut jouer avec urgence, avec le souci de bien faire.»

Et c'est ce que fera Desharnais d'ici le 7 avril, même si on lui pardonnerait sans doute de se la couler douce au cours des deux prochaines semaines.

«Il va y avoir beaucoup de changements, mais il va y avoir un noyau qui va rester le même. C'est important de rester concentré et de donner tout ce qu'on a, a souligné le petit attaquant. Personnellement, je vais continuer de faire ce que j'ai fait toute l'année, c'est-à-dire continuer de faire ce que je fais de bien, et chercher à améliorer ce que je fais de moins bien. On veut encore gagner et donner un bon spectacle, à domicile surtout.»

Quant à l'atmosphère étrange qu'engendre le fait que seulement 13 joueurs sont sous contrat en vue de la saison prochaine, Palushaj affirme que les joueurs ne doivent pas trop y penser. Du moins, pas avant le 8 avril.

«Vaut mieux pas, a-t-il noté. Ces choses-là vont finir par se régler. Entre-temps, il faut disputer les matchs et donner notre maximum.»

Sur le web

Réactions, changements et courage - Canadiens de Montréal ...

Le temps des auditions chez le CH

Le Canadien s'incline 4-1 face aux Flyers et est officiellement ...