NOUVELLES

Trois soldats de l'OTAN tués par des membres des forces de sécurité afghanes

26/03/2012 04:03 EDT | Actualisé 25/05/2012 05:12 EDT

KABOUL - Deux soldats britanniques de la force de l'OTAN en Afghanistan ont été tués lundi par un soldat afghan qui a été abattu à son tour. La coalition a ensuite annoncé la mort d'un troisième soldat de l'ISAF, abattu par un membre présumé de la police afghane alors qu'il approchait un barrage routier.

Un peu plus tôt, deux militaires britanniques avaient été tués sur une base du sud du pays. La fusillade avait eu lieu lundi vers 11 h, devant le portail principal de la base de Lashkar Gah, dans la province d'Helmand, a précisé le bureau du gouverneur provincial.

Le ministre britannique de la Défense Philip Hammond a confirmé que deux soldats avaient été tués.

«Les détails de l'incident sont encore flous, mais un membre de l'armée nationale afghane a ouvert le feu au portail d'entrée du quartier général britannique à Lashkar Gah», a-t-il déclaré devant la Chambre des Communes.

Ghulam Farooq Parwani, commandant-adjoint de l'armée nationale afghane à Helmand, a indiqué que le tireur, originaire de la province de Nangarhar (est), faisait partie de l'armée depuis quatre ans.

Le soldat est arrivé au portail de la base dans véhicule de l'armée et a pu approcher les soldats britanniques en prétendant avoir été assigné à la sécurité d'une délégation gouvernementale de Kaboul, qui visitait la base lundi, d'après Parwani.

«Il s'est approché des soldats étrangers, à trois ou quatre mètres, et a ouvert le feu. Les forces étrangères l'ont alors abattu», a ajouté Parwani.

Le porte-parole des talibans Qari Yousef Ahmadi a déclaré que le tireur était un soldat afghan proche des insurgés, et qu'il avait informé les talibans de son attaque avant de la perpétrer.

Plus de 45 attaques de cette nature ont été recensées en Afghanistan, avec des Afghans qui s'en prennent à leurs homologues de l'OTAN, depuis 2007, mais plus de 75 pour cent des incidents ont lieu ces deux dernières années, d'après des chiffres du Pentagone.

Il est également possible que l'assaillant ait dérobé un uniforme de l'armée afghane pour s'introduire sur la base, ou se rapprocher de sa cible.

PLUS:pc