NOUVELLES

Sénégal : Le président sortant Abdoulaye Wade a concédé la victoire

25/03/2012 04:53 EDT | Actualisé 24/05/2012 05:12 EDT

DAKAR, Sénégal - Le président sortant du Sénégal, Abdoulaye Wade, a concédé la victoire quelques heures à peine après la fermeture des bureaux de scrutin lorsque des résultats préliminaires ont montré que le candidat de l'opposition l'avait battu à plates coutures.

Selon la télévision d'État, M. Wade a appelé son adversaire, Macky Sall, à 21 h 30 heure locale (16 h 30, heure de Montréal), dimanche, pour le féliciter de son triomphe. La décision d'Abdoulaye Wade de se retirer a balayé les craintes que le politicien de 85 ans ne tente de conserver le pouvoir ou ne conteste les résultats du deuxième tour de l'élection présidentielle.

Bien avant que M. Wade n'annonce son retrait, des partisans de M. Sall ont commencé à célébrer dans les rues de la capitale du Sénégal, chantant et dansant dans le centre-ville de Dakar. Quelques résidants dansaient sur les toits de voitures en route et un homme a effectué une pirouette en plein milieu du trafic sur la place de l'Indépendance.

Le sociologue Hadiya Tandian a déclaré que le départ de l'ancien président mettrait un peu de baume sur les plaies laissées par une campagne électorale violente qui a causé la mort de six personnes et terni la réputation du pays.

«C'est une grande victoire pour le Sénégal qui montre la maturité de notre démocratie», a affirmé M. Tandian. «Cela montre que les Sénégalais croient en leur droit de vote et en leur capacité de changer les choses, de faire une différence. Cela montre que notre longue tradition démocratique continue de vivre en nous jour après jour.»

Lors d'une conférence de presse donnée à minuit dans un hôtel de Dakar, Macky Sall a livré peu de détails concernant la conversation qu'il avait eue plus tôt avec son rival. Il a plutôt remercié les électeurs et promis d'être le président de tous les Sénégalais.

«Ce soir, une nouvelle ère a commencé au Sénégal», a décrété M. Sall devant les centaines de journalistes et de partisans venus entendre son discours.

Abdoulaye Wade n'a fait aucun commentaire au sujet des élections. Son porte-parole, Serigne Mbacke Ndiaye, a toutefois confirmé que le président sortant avait concédé la victoire.

«Par le biais d'une élection transparente, le Sénégal a une fois de plus prouvé qu'il demeurait une grande démocratie et un grand pays», a-t-il fait savoir dans un communiqué.

M. Wade avait été élu président en 2000 après que son prédécesseur eut concédé la victoire. Il avait facilement réussi à se faire réélire en 2007, mais avait vu sa popularité souffrir de la montée du coût de la vie et du chômage.

Son image avait aussi été entachée par sa décision de déléguer de plus en plus de responsabilités à son fils Karim, que la population s'est mise à surnommer le «ministère du Ciel et de la Terre» après qu'il eut pris le contrôle de plusieurs ministères, dont ceux des Infrastructures et de l'Énergie.

La rupture entre le président Wade et les Sénégalais est toutefois survenue l'an dernier, lorsqu'il a fait part de son intention de briguer un troisième mandat. Pendant les semaines qui ont précédé le premier tour de l'élection présidentielle, les manifestants exigeant que l'octogénaire se retire de la course ont lancé des roches aux policiers et paralysé le quartier économique de la capitale.

Abdoulaye Wade avait obtenu 34,8 pour cent des suffrages lors du premier tour fin février contre 26,5 pour cent à M. Sall, 50 ans, son ancien premier ministre. Mais ce dernier a bénéficé pour le deuxième tour du soutien de tous les autres candidats de l'opposition qui étaient en lice au premier.

PLUS:pc