NOUVELLES

Référendum: La Slovénie rejette une loi permettant aux gais d'adopter

25/03/2012 09:00 EDT | Actualisé 25/05/2012 05:12 EDT

LJUBLJANA, Slovenia - Les Slovènes ont rejeté, dimanche, dans le cadre d'un référendum national un nouveau code de la famille comprenant une provision controversée qui aurait permis aux couples homosexuels d'adopter des enfants dans certaines circonstances.

Élaborée par l'ancien gouvernement de centre-gauche de la Slovénie et vivement dénoncée par les conservateurs proches de l'Église catholique, la loi aurait autorisé un gai ou une lesbienne à adopter les enfants biologiques de son partenaire. Elle n'aurait toutefois pas permis l'adoption d'enfants issus d'un tiers.

Le dépouillement de 98 pour cent des suffrages montrait qu'environ 55 pour cent des électeurs ayant pris part à la consultation publique ont voté contre la loi alors que 45 pour cent ont voté pour, selon la commission électorale. Le taux de participation était très faible, soit 26 pour cent. Ces résultats signifient que le code ne pourra pas être appliqué et qu'il faudra attendre un an avant qu'un nouveau soit rédigé.

Contrairement aux États voisins de la Serbie et de la Croatie, où les homosexuels font souvent l'objet d'agressions verbales et physiques, la Slovénie, qui fait partie de l'Union européenne, est relativement tolérante par rapport aux gais et lesbiennes. En 2006, elle a autorisé les unions civiles pour les couples du même sexe.

Le nouveau code de la famille avait été adopté en juin 2011 par le Parlement slovène. Un groupe de défense des droits des enfants avait toutefois réussi à recueillir les 40 000 signatures nécessaires pour qu'une consultation publique sur la question ait lieu. Il soutenait que la loi allait à l'encontre des valeurs familiales traditionnelles et que les couples homosexuels ne devaient avoir aucun droit en matière d'adoption.

L'Église catholique, l'Église orthodoxe serbe et les organisations musulmanes du pays ont aussi signé une pétition commune avant le référendum pour demander aux Slovènes de rejeter le code.

«Le mariage et la famille ont une importance capitale dans le développement de l'être humain et de la société», disait le document. «Pour cette raison, nous avons le devoir de protéger le mariage et la famille comme étant un groupe formé d'un homme, d'une femme et d'enfants.»

Les partisans du nouveau code ont soutenu que le débat sur la provision concernant le droit des gais à l'adoption avait été pris toute la place dans les mois qui ont précédé le référendum, occultant d'autres clauses qui auraient renforcé la protection des enfants.

PLUS:pc