NOUVELLES

Plusieurs milliers de "marcheurs" à Paris contre le racisme et l'antisémitisme

25/03/2012 12:13 EDT | Actualisé 25/05/2012 05:12 EDT

PARIS - Plusieurs milliers de personnes (2800 selon la police, 20 000 selon les organisateurs) ont défilé silencieusement dimanche à Paris à l'occasion d'une "Marche républicaine contre le racisme et l'antisémitisme" destinée à rendre hommage aux victimes des tueries de Toulouse et Montauban.

A Toulouse, dimanche en fin d'après-midi, ce sont entre 6000 et 10 000 personnes selon les sources qui étaient rassemblées place du Capitole à l'appel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

Dans la capitale, SOS-Racisme, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) et la Ligue des droits de l'homme (LDH) étaient à l'origine de cette marche pour "une République unie contre la racisme, l'antisémitisme, et le terrorisme", une initiative notamment soutenue par le Parti socialiste.

Sous un soleil printanier, les "marcheurs" ont défilé en milieu d'après-midi de la place de la Bastille à celle de la Nation. Un drapeau français géant, porté par plusieurs dizaines de manifestants, recouvrait le milieu du cortège au sein duquel on pouvait voir une seule banderole blanche, vierge de tout slogan.

De nombreuses personnalités étaient présentes dans le cortège, parmi lesquelles l'écrivain Yann Moix, le maire de Paris Bertrand Delanoë, l'ancien ministre socialiste Jack Lang, l'architecte Roland Castro, le député européen socialiste et No2 du PS Harlem Désir ou encore la journaliste et essayiste Caroline Fourest.

"C'est la première fois depuis la Seconde guerre mondiale en France que des enfants juifs sont abattus à coups de revolver à bout portant. Il y a une spécificité antisémite, une dimension symbolique de 11-Septembre" dans ces tueries, a déclaré Yann Moix à l'Associated Press.

"Nous sommes ici pour rendre hommage aux victimes de cette folie meurtrière, barbare", a déclaré de son côté Harlem Désir. "Nous sommes ici pour dire que face au terrorisme, l'unité de la Nation doit se manifester et réaffirmer les valeurs que nous défendons, affirmer que rien ne pourra faire éclater le pacte républicain".

"Ces actes de barbarie, qui visent à insuffler la peur et le chaos, tentent de mettre à mal le vivre ensemble dans notre société et d'éprouver notre attachement aux valeurs républicaines", écrivent les associations dans leur appel. "Bien loin de la tentation du repli et de la haine, bien loin de la peur à laquelle certains voudraient nous voir céder, bien loin de l'amalgame entre Islam et terrorisme, la réaction de la société française doit être unitaire, ferme et fraternelle".

PLUS:pc