Le NPD fait enquête sur les cyberattaques survenues lors du scrutin de samedi

Publication: Mis à jour:
NDP CYBER ATTACK
Le NPD n'a pas encore demandé à la police de faire enquête sur la tentative orchestrée afin de saboter le système de vote électronique utilisé afin de désigner son nouveau chef. | AFP/Getty Images

TORONTO - Le Nouveau Parti démocratique (NPD) n'a pas encore demandé à la police de faire enquête sur la tentative orchestrée afin de saboter le système de vote électronique utilisé afin de désigner son nouveau chef.

Mais il n'en exclut pas la possibilité, une fois qu'il aura démasqué le pirate informatique responsable des cyberattaques qui ont causé de longs délais lors du scrutin de samedi.

Le parti espérait couronner son nouveau dirigeant à temps pour les bulletins d'information du début de soirée, avant que les téléspectateurs ne changent de chaîne pour écouter les parties de hockey du samedi soir. Les cyberattaques ont contrecarré les projets du NPD car il était passé 21h00 lorsque Thomas Mulcair a été déclaré gagnant.

La présidente du NPD, Rebecca Blaikie, a affirmé dimanche que les responsables du parti, les vérificateurs de scrutin et Scytl — la société technologique espagnole chargée de sécuriser le système de vote — cherchaient encore à déterminer qui était responsable des cyberattaques.

Deux adresses IP ont été identifiées rapidement, après que des membres du parti eurent déploré ne pas pouvoir accéder au site de vote du NPD afin d'enregistrer leur voix au deuxième tour de scrutin. Les problèmes ont persisté lors des troisième et quatrième tours, alors qu'une troisième adresse IP a été isolée, a indiqué Mme Blaikie.

Questionnée à savoir si la police avait été appelée à intervenir, Mme Blaikie a répondu par la négative.

Quelque 56 000 personnes ont voté à l'avance et n'ont pas été affectées par les cyberattaques. Mme Blaikie a indiqué qu'environ 9500 autres avaient pris part à chaque tour de scrutin, samedi.

Sur le web

Métro Montréal - Cyberattaques: le NPD mène son enquête

Chefferie du NPD - Une cyberattaque a perturbé le vote | Le Devoir

Jean-François Lisée: Le jour ou le NPD ne s'est pas suicidé