NOUVELLES

Rick Santorum remporte la primaire de la Louisiane devant Mitt Romney

24/03/2012 11:54 EDT | Actualisé 24/05/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - L'ancien sénateur de Pennsylvanie Rick Santorum a remporté la primaire du Parti républicain de la Louisiane, samedi, battant à nouveau le favori et leader de la course, Mitt Romney, dans un État américain conservateur du Sud.

Après le dépouillement de 98 pour cent des bureaux de scrutin, M. Santorum récoltait 88 005 votes, soit 49 pour cent des appuis, comparativement à 47 484 voix pour M. Romney, ou 27 pour cent des suffrages exprimés. Newt Gingrich a dû se contenter du troisième rang avec 28 500 votes, une proportion de 16 pour cent des votes.

Ce résultat fait en sorte que M. Santorum ajoutera au moins neuf délégués à sa banque. Mais les règlements régissant la primaire de l'État de la Louisiane limitent, pour l'instant, cette récolte. La Louisiane fournit un total de 46 délégués mais seulement 20 étaient en jeu samedi. Et pour en amasser, un candidat devait recueillir au moins 25 pour cent des suffrages. M. Romney recueillirait au moins cinq délégués s'il se maintient au-delà de la barre de 25 pour cent.

Vingt-trois autres délégués seront en jeu lors du congrès du Parti républicain de l'État de la Louisiane, en juin. Les trois derniers délégués proviendront du Comité national républicain de la Louisiane.

Sur les 1144 délégués requis pour décrocher l'investiture, M. Romney en compte dorénavant 568, contre 272 pour M. Santorum, selon un décompte de l'Associated Press. Newt Gingrich se classe troisième avec 135 délégués, et Ron Paul ferme la marche avec 50.

Une victoire de l'ultra-conservateur Santorum en Louisiane vient rappeler combien le multimillionnaire Romney peine à convaincre la base de l'électorat conservateur, en particulier dans le Sud. Rick Santorum s'est déjà imposé face à l'ancien gouverneur du Massachusetts lors des primaires de l'Alabama et du Mississippi au début du mois, ainsi qu'au Tennessee.

«Nous sommes toujours présents. Nous poursuivons la bataille. Nous continuons de croire, comme le démontre cette course», a lancé M. Santorum, lors d'un rassemblement de partisans à Green Bay, au Wisconsin, qui tiendra son scrutin primaire le mardi 3 avril.

M. Santorum a d'ailleurs déclaré aux électeurs réunis à Milwaukee qu'il s'attendait à ce que leur État devienne «le point tournant de cette course».

Il a d'ailleurs lancé un jab à l'endroit de M. Romney en demandant à ses partisans de ne pas répéter «l'erreur des républicains en 1976 et de voter pour le plus modéré des candidats».

«Quand vous votez ainsi, vous perdez», a lancé M. Santorum, en faisant référence à la course qui avait permis au président sortant Gerald Ford d'obtenir la nomination du Parti républicain, devant Ronald Reagan, avant de s'incliner aux mains de Jimmy Carter lors de l'élection présidentielle.

Malgré le résultat de samedi, Mitt Romney conserve toutefois la tête de la course au nombre de délégués remportés, avec une avance qui apparaît de plus en plus insurmontable. Ce sont ces délégués qui éliront le candidat du parti de l'éléphant pour la présidentielle de novembre, lors de la convention nationale à compter du 27 août à Tampa en Floride.

Ces derniers temps, d'importantes figures de l'élite républicaine lui ont ainsi apporté publiquement leur soutien, tentant manifestement de mettre fin à une bataille des primaires plus longues que prévu, qui a meurtri les candidats, mais aussi le parti tout entier. Après sa victoire dans l'Illinois, mardi, Mitt Romney a reçu le soutien surprise de l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, frère de l'ancien président George W. Bush.

Mais Rick Santorum maintient la pression face à son adversaire, parfois jugé trop modéré par la base. Il argue qu'il faut un candidat républicain qui se démarque nettement de Barack Obama et qu'il est le seul capable d'offrir aux électeurs une vraie alternative face au sortant démocrate.

PLUS:pc